École de Magie du Ruisseau - Forum JDR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La lettre et la fuite [Pv Szidas]

Aller en bas 
AuteurMessage
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Mar 13 Mai 2014, 19:06

Khanrell sorti, pour la centième fois au moins, la lettre de sa poche, la relit et la replia pour la ranger à nouveau. Soupirant, elle longeait se dirigeait d’un pas rapide et angoissé vers le dortoir des nouveaux arrivant. Elle n’avait pas repéré le garçon qu’elle cherchait lors de la cérémonie, mais comment aurait-elle pu le faire, puisqu’il n’y avait pas sa description physique dans la lettre? Elle s’était attendu à ce qu’il vienne vers elle une fois le souper lancé, puisque qu’Edith avait présenté tous le personnel devant les élèves. Il aurait donc du la remarquer et venir la voir.

S’il était arrivé à bon port…

Dans la lettre, l’arrivé de Szidas à DuRuisseau ressemblait plus à une supposition qu’à une certitude. C’était un souhait, pas nécessairement atteignable, un objectif possiblement irréalisable… Si le gamin était véritablement en danger, d’où il venait, rien ne garantissait qu’il ait simplement réussis à atteindre l’avion qui devait l’emmener à Roberval.

On avait confié une mission à Khanrell, mais au delà de l’enceinte de l’école, que pouvait-elle faire pour lui? Par amitié pour Amandine, elle s’acquitterait au mieux de ses compétences à protéger ce jeune adolescent, une fois qu’il serait entre ces mains, même si elle-même n’était pas la plus puissante sorcière de Sainte-Charlotte-de-Forest.

Amandine du Follet… Elle lui avait manqué… À leur sortie de Beaux-Bâtons, les deux femmes avaient perdu contact, et ce n’était que trois longues années plus tard que Khanrell obtenait enfin de ces nouvelles. Pourquoi avoir attendu si longtemps, elle n’ignorait pas que la violette rentrait dans sa région natale, alors que l’enseignante de Soins aux Créatures Magiques n’avait aucune idée de la façon qu’elle pourrait rejoindre son amie.

Khanrell ouvrit la porte des dortoirs des garçons, sans frapper. Tout le monde était encore dans la salle à manger, à festoyer. Elle avait quitté les festivités un peu plus tôt, s’inquiétant de ne pas avoir été repérée par son protégé. Il n’y avait qu’un seul garçon, seul, dans la grande chambre aux lits enlignés presque de façon militaire. Il déboutonnait son manteau et n’avait pas l’air d’être là depuis bien longtemps. Il était normal, après tout, que des jeunes arrivent en retard considérant le voyage à faire pour certain, c’est pourquoi celui-ci avait raté le début de la cérémonie. La jeune femme s’éclaircit la voix pour se faire remarquer, comme elle n’avait aucune idée si c’était le gamin qu’elle cherchait, elle se présenta de façon toute simple.

- Bonsoir jeune homme… dit-elle d’une voix douce pour ne pas le faire sursauter. je vois que tu viens d’arriver, j’espère que le voyage s’est bien passé pour toi… Si tu le veux bien, je vais t’accompagner dans la Salle à dîner, où tous les nouveaux élèves sont entrain de se lier d’amitié. Je serai, peut-être, ton enseignante en Soins aux Créatures Magiques, si tu as choisis ce cours, je me nomme Khanrell Fioreis. Comment t’appelle-tu?

Elle s’était penchée pour se mettre à sa hauteur et avait posé sa main sur son épaule. Les étudiants qui arrivaient en retard étaient dirigés par des employés vers les dortoirs, mais ils devaient ensuite se retrouver seuls. Que ce soit celui qu’elle cherchait ou non, Khanrell allait l’aider à retrouver la salle à manger sans qu’il ne risque de s’égarer.

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szidas
Élève
avatar

Date d'inscription : 13/05/2014
Messages : 15
# de RP : 0

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Mar 13 Mai 2014, 20:55

Szidas n'était pas certain. Il n'était plus certain de grand chose. Sa belle-soeur l'avait envoyé loin. Très très loin. Mais Szidas avait peur pareil. C'était difficile à décrire. Dans l'ombre, n'importe où, il avait peur que quelqu'un l'arrête, quelqu'un l'empêche, quelqu'un le tue. Ladislaw avait essayé de s'enfuir. Kornelius l'avait fait tué par des assassins, des mercenaires, disant qu'il ne méritait même pas une exécution publique. Comme Kateri et Stan. Et Szidas avait été obligé de regarder. Kornelius l'y avait forcé. Mais Amandine avait été là. Elle l'avait sauvé. Szidas ne savait pas pourquoi elle s'était autant démené pour lui. Malgré sa folie, Kornelius ne s'était jamais attaqué à elle. Mais elle devait avoir peur. Que ça lui arrive. Que finalement Kornelius décide qu'elle aussi était une menace. Quand même. Elle avait aidé Szidas. Ça avait été long avant de convaincre Kornelius, mais finalement Szidas avait pu venir. Lui-même n'était pas certain d'aimer l'idée. Mais bon, c'était mieux que de rester et risquer de se faire t... Szidas n'osait même pas y penser. Il ne voulait pas l'admettre. Que son propre frère voulait le tuer. Qu'il pensait qu'il complotait contre lui. C'était juste trop. Il avait seulement douze ans ! C'était ridicule ! Jusqu'à tout récemment, il pensait que comploter c'était s'arranger pou avoir de la crème avant souper et risquer de gâcher son appétit ! Cette époque semblait lointaine maintenant. Bref, Szidas avait de la misère à penser qu'il allait étudier la magie. C'était si... impure... Oui, il aimait ses pouvoirs en fait. C'était un secret. Sa mère lui avait toujours dit de ne pas en parler, de faire comme s'ils n'étaient pas là. Mais quand il était seul, Szidas aimait pratiquer. Faire bouger les choses. De là cependant à aller étudier la magie... Amandine lui avait dit de chercher une certaine Khanrell Fioreis. Elle prendrait soin de lui selon sa belle-soeur... Szidas avait de la misère à le croire. N'était-ce pas le rôle de son propre grand-frère, de son roi, de s'occuper de lui ? Kornelius lui avait promit qu'il serait toujours là lorsque leurs parents étaient morts. Et aujourd'hui...

Szidas était arrivé en retard. Il savait qu'il manquait une cérémonie, mais ce n'était pas bien grave. Il était encore sur les nerfs, stressé, sur ses gardes, regardant ses arrières. Il n'était pas encore capable de réalisé qu'il était en sécurité. Des employés l'avaient reconduit dans un dortoir. Étaient-ils des espions ? Non, ils le laissèrent là, lui disant de déposer ses affaires et de descendre dans la salle. Une fois seul, Szidas choisi un lit, sans réfléchir et s'assit dessus. Il prit sa tête entre ses mains. Il était incapable de réfléchir, incapable de penser.

Il ne savait pas pendant combien de temps il était resté là, prostré, lorsqu'il enfant la voix d'une femme. Elle lui offrit de le raccompagner dans la salle pour la cérémonie. Szidas soupira sans s'en rendre compte. Il ne pourrait plus rester seul. Comment penser à se faire des amis alors que... Il avala sa salive avec difficulté. Il était inutile de penser à tout ça. Amandine lui avait dit de se concentrer sur sa nouvelle vie. C'était ce qu'il ferait. Peut-être que la dame pourrait l'amener à Madame Fioreis. Szidas n'était pas trop certain de tout ce qu'elle disait. Il comprenait l'essentiel mais pour les subtilités... Malheureusement il était encore moins bon à s'exprimer.

Oui. Allô. Je arriver avant. Et... Ils apporter moi ici. Pour valise. Et...

Szidas n'était pas certain de quoi dire. Sa valise était toujours à la place où il l'avait laissé. Il n'avait plus vraiment de raison de s'éterniser.

Oui, répéta-t-il. Aller... dîner ? Manger ?

Il n'était pas certain d'avoir faim. D'un côté, il était affamé, d'un autre, rien ne voulait rentrer. Sa mère aurait dit que c'était le stress. Sans doute... Ce n'était pas comme si son propre frère planifiait déjà de l'éliminer afin d'éviter des problèmes de succession ! Szidas sursauta cependant lorsqu'il entendit la femme parler de bêtes bizarres.

Céatu.. Crat... Cré-a-tuh... ? Comme... il prononça le mot dans sa langue. daïga ? euh... dagon ? Et... des euh... licon ? Et...

Il s'emballa pendant un moment.

[DANS SA LANGUE À LUI]Vous voulez dire, des créatures étranges et fantastiques ? Comme dans les livres ? Comme dans les contes de fée ? Mon père me lisait les histoires ! Il m'en parlait des fois ! Les légendes disent même que Tanedias le Fondateur, le premier de ma dynastie, créa notre lignée après tuer un dragon. L'ancien roi lui remit la couronne lorsqu'il pourfendit la bête ! Tout le monde connait l'histoire ! Je ne pensais pas qu'ils existaient vraiment ? Avez vous aussi des fées ? Et des lutins ? Et des elfes ? Et des vampires ? Et des sauterelles dorées ? Et des sphynx ? Et des chimères ? Et des lutins ? Et des manticores ? Et des pégases ? Et des sirènes ? Et des harpies ? Et des monstres marins ?

Il était tellement emballé qu'il en oublia un moment qu'il avait peur. Il regarda avec enthousiasme la professeur, avide de sa réponse. Szidas prit un moment à réaliser qu'il lui avait parlé dans sa langue maternelle. Lanoiva était tellement un petit pays... Il était quasiment certain que personne ne parlait ici sa langue [j'aimerais mieux que ce soit en fait le cas]. Son sourire se transforma en air déçu. Il chercha un moment les mots mais c'était trop difficile.

Euh... désolé ? s'excusa-t-il dans son français hésitant aux accents exotiques.

Elle lui dit son nom mais il ne comprit pas bien. Ça sonnait si étrange à ses oreilles. Tant pis, il se concentrerait là-dessus plus tard. Pour l'instant, il devait trouver Khanrell Fioreis.

Je euh... Moi... Oui.. Moi chercher Ksandaïl Vjoréz ? Elle... ici... Euh.. Enseigner ici. Hidjna. Comme Madame. Euh... vous... Oui.
[ C'est la manière dont il prononce le nom de Khanrell. Hidjna[Idina] c'est le titre féminin pour professeur. ]

Il n'était pas sorti du bois... Au moins, il était loin...

Moi... nom... Oui. Szidas Elis. Oui. Chercher Vjoréz Hidjna.

Ah et puis tant pis.

[DANS SA LANGUE]Il faut vraiment que je trouve Fioreis Hidjna, c'est important. Je dois la trouver, vous comprenez. Ma belle-soeur lui a envoyer une lettre. Elle m'a dit tout lui expliquer. Mais je ne l'ai pas avec moi. Elle l'a envoyé séparer. À cause... Enfin parce que c'est comme ça. C'est un peu personnel. Je dois trouvé Fioreis Hidjna. Vous savez où elle est ? Khanrell Fioreis ? Elle enseigne ici comme vous.

Chance de succès = 0% ! C'était probablement juste l'impuissance qui l'avait fait parler ainsi... La dame choisit ce moment pour mettre sa main sur son épaule. Sans doute pensait-elle à bien. Sans doute voulait-elle le rassurer. Les pupilles de Szidas s'écarquillèrent de frayeur. Par réflexe, il se délogea d'un mouvement brusque de son étreinte et recula subitement. C'était la peur qui hantait son regard.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Mar 20 Mai 2014, 15:59

Un petit garçon perdu, innocent et fragile. Un gamin effrayé, par son environnement ou par son brusque changement de réalité. Il n’était certainement pas Québécois, ni Français, son long voyage vers une destination inconnu devait l’avoir bouleversé, car Khanrell lisait beaucoup d’incertitudes dans ses yeux tourmentés. Il y aurait, cette année et pendant encore plusieurs autres, des tonnes d’enfants et d’adolescents déboussolés par un transfert d’école et de pays, de culture même pour la plupart.

Certains ne parlaient même pas le français correctement, mis à part quelques mots éparses comme ce jeune première année visiblement chamboulé, qui tenta d’expliquer à l’inconnue devant lui comment il était arrivé ici, pour ses valises, mais son discours était flou et déconstruit, il ne semblait pas non plus savoir exactement ce qu’il avait envie d’expliquer a la femme aux cheveux mauves, ni ce qu’il faisait devant elle, au lieu d’être à la maison avec sa mère. Il accepta de la suivre pour aller diner et sembla soudainement devenir enthousiaste lorsqu’elle précisa qu’elle matière elle lui enseignerait. Il parla de dragon et tenta de prononcer le mot licorne avant de s’emballer dans une langue qui était totalement inconnue à Khanrell, mais qu’elle pensait avoir déjà entendue quelque part… Peut-être était-ce cette langue-là qu’Amandine pratiquait en même temps qu’elles allaient à Beaux-Bâtons en vue d’épouser son Roi de Lanoiva?

-Oui, tu as bien compris, dit-elle en se voulant rassurante lorsqu’il s’excusa finalement de s’être emballé dans une langue étrangère, j’enseigne les créatures magiques, comme les dragons et les licornes, mais ça, se sera quand tu sera un peu plus grand quand même, cette année je te ferai voir des animaux un peu plus petits, mais pas moins fantastiques je te le promets.

Il mentionna alors qu’il cherchait quelqu’un, mais le nom qu’il prononça ne fit sonner aucune cloche dans la tête de Khanrell, jusqu’à ce qu’il se nomme lui-même… C’était Szidas, avec sa façon très particulière de prononcer le nom de sa protectrice, mais quand même, c’était lui! Hallelujah, elle l’avait trouvé en un seul morceau et il était arrivé à bon port. Ou plutôt à bonne aéroport, parce qu’il était venu en avion…

-Oh, ce que tu me vois soulagée de te trouver Szidas! soupira-t-elle en se forçant pour se souvenir de la façon que le gamin avait prononcer son nom, comme il était spécifié dans la lettre qu’elle avait reçue juste avant le début de la rentrée.

Le petit s’emblait s’inquiéter qu’elle n’avait rien comprit lorsqu’il avait demandé à retrouver sa protectrice, alors il s’emballa à nouveau dans une langue étrangère. Lorsque l’enseignante posa sa main sur son épaule pour le rassurer, il se défi d’un mouvement brusque en la regardant avec de grands yeux apeurés. Les gens ne se touchaient jamais à Lanoiva? Ou peut-être qu’il la prenait pour une espionne au service de son grand-frère envoyée à Sainte-Charlotte-de-Forest pour s’assurer qu’il ne réclâmerait pas le trône une fois ses études achevées… Pour s’assurer qu’il ne les termine jamais…

Pour lui montrer qui elle était, puisqu’il ne semblait pas avoir comprit son nom ni la façon de le prononcer clairement, Khanrell sortit la lettre d’Amandine de sa poche et la déplia devant les yeux de Szidas. Bien sûr, il ne pouvait pas en comprendre le contenu car elle était rédigée en français, mais au moins il pourrait reconnaître la calligraphie de sa belle-sœur ainsi que sa signature.

-Canne-raile… Prononça-t-elle lentement en insistant sur chaque syllabe. FFFFFFi-o-raie-sse… C’est comme ça qu’on prononce mon nom, Khanrell Fioreis. C’est moi que tu cherches, Szidas. ajouta-t-elle en se pointant du doigt. Tu n’as pas à avoir peur de moi, Szidas, je vais te protéger, comme me l’a demandé Amandine. Il n’y a rien à craindre ici, ton frère ne pourra jamais t’atteindre.

Elle tendit à nouveau la main vers lui, mais sans le toucher cette fois, en espérant qu’il la prenne. Elle ne voulait pas le brusquer, elle ne pouvait même pas imaginer tout ce qui se passait dans sa tête en ce moment, il était déjà assez chamboulé comme ça pour l’instant. Elle continua de lui parler d’une voix basse et très rassurante, en articulant lentement chaque mot.

-Tu veux venir avec moi? Je vais te montrer comme ta nouvelle maison est belle. La fête n’est pas encore terminée en bas, il y a encore plein de jeunes de ton âge qui pourraient devenir tes amis, c’est important, ça, que tu te fasse des nouveaux amis ici et que tu t’intègre… Mais si tu as trop peur pour l’instant, je peux t’emmener prendre l’air dehors, il y fait beau et les animaux les plus merveilleux sortent à cette heure… Ou alors, on peut rester ici si tu préfère, je vais t’aider à vider ta valise, et peut-être te donner une leçon rapide de français?

Elle voyait qu’il semblait avoir besoin de se forcer énormément pour suivre son discours, et probablement ni comprenait-il pas grand choses, même si elle avait pointé différents éléments (comme la fenêtre lorsqu’elle parlait de dehors et sa valise lorsqu’elle mentionna cette dernière) tout en parlant, pour illustrer ses propos. Elle comprit alors que sa première année au Québec serait très difficile pour l’intégration. Elle-même n’était pas très douée dans les autres langues que le français, elle ne se souvenait plus des mots qu’Amandine pratiquait tous les soirs dans leur dortoir de Beaux-Bâtons, mais elle connaissait quelques bases précaires de la langue anglaise, si bien qu’elle voulu tester les connaissances du gamin dans cette langue là…

- Est-ce que… Do you.. heu… Speak english Szidas? Maybe you know this one… I’m not heu… heu… English but… If it’s easier for you I’ll try! There’s some teachers and students who speak very well English here, like Aleksander, the flying teacher, they will help you. And me, I’ll protect you…

Venant de l'ancienne étudiante de Beaux-Bâtons qui n'avait réussis ses cours de défense contre le forces du mal que grâce à l'aide de ses amies et à de nombreuses heures de pratique intensive... Elle ne se laisserait toutefois pas abattre par cela, et continuerait de s'exercer pour mieux veiller sur son protégé, elle irait voir l'enseignant en la matière s'il le fallait.

Parce que dans le domaine de la magie, même les professeurs n'arrêtent pas d'apprendre...


_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szidas
Élève
avatar

Date d'inscription : 13/05/2014
Messages : 15
# de RP : 0

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Mer 25 Juin 2014, 20:16

[Partie 1 de mon Post]


Wow ! Des créatures magiques ! Des licornes et des dragons… peut-être même des guêpes géantes, des sirènes, des tapis volants… ah non c’était pas une créature ça, mais quand même. Les yeux du jeune Prince de Lainova n’aurait pas pu briller davantage. Même s’il avait beaucoup d’appréhention face à ces « cours » de magie, il avait soudainement hâte à voir les splendides créatures que la dame lui faisait miroiter.

La dame dit quelque chose. Elle prononça son nom. Elle semblait contente. Ou satisfaite. Peut-être plus soulagée. C’était difficile à dire. Les gens ici ne véhiculaient pas les émotions de la même manière. Bah c’était les mêmes. Mais culturellement, le fait de le montrer pouvait être un peu différent. La dame fouilla dans sa poche. Szidas prit peur ! Était-ce un fusil ? Un couteau ?! Szidas s’enfuit. Il se cacha derrière son énorme valise. Ce fut son premier réflexe. D’un coup d’oeil rapide, il évalua la situation. Le lit du fond. Elle ne pourrait pas l’atteindre. Puisqu’elle était plus proche de la poste, il n’aurait pas le temps de s’enfuir par là. Ça aurait été le mieux. Prendre les escaliers puis sortir. Partir loin. Mais il ne savait pas à quel point il était rapide. Szidas se faufilla entre les lits, passant par en-dessous, profitant de sa petite stature. Il se cacha en-dessous de celui le plus au fond. Elle ne pourrait pas le capturer ainsi. Szidas se sentit ridicule quand même. Si elle avait un fusil, elle pourrait le tuer sans problème ! De grosses larmes se mirent à rouler sur ses joues. Était-ce la fin ?

Non… gémit-il sans s’en rendre compte.

Il entendit du bruit. Comme un bruit de papier. Préparait-elle quelque chose ? Son compte rendu à Kornelius ? Szidas renifla. Il avait peur. Il ne voyait pas comment s’en sortir.

Pitié…?

[La deuxième partie sera après la petite interstice de Khanrell. Je ne veux pas jouer son personnage avant de reprendre ma réponse.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Mer 25 Juin 2014, 20:33

Lorsque Khanrell mit sa main dans la poche de son pantalon pour en ressortir la lettre toute froissée qu’elle avait reçue d’Amandine du Follet, Szidas prit immédiatement peur et alla se cacher derrière son énorme valise, qui, notez-le, était plus grosse que ce gamin, puis, tout en panique, il se faufila dans la pièce en usant de sa petitesse pour se cacher en dessous du lit le plus éloigné de sa protectrice… Bon, apparemment, il n’avait pas comprit ses paroles, n’avait pas saisis qu’elle était l’enseignante qu’il recherchait… et pensait qu’elle voulait le tuer. Un peu normal, compte tenu de ce qu’elle avait lu dans la lettre de sa grande amie d’école. Il la prenait certainement pour une sbire de son frère…

-Szidas… n’ait pas peur, don’t be afraid… dit-elle de sa voix la plus douce et la plus rassurante au monde, en ne sachant plus dans quel langue il pourrait la comprendre. C’est la lettre d’Amandine…

Ayant entièrement déplié la lettre, elle décida toutefois de ne pas s’approcher plus, question de ne pas l’effrayer d’avantage.  Elle jeta plutôt le parchemin au sol et le repoussa jusqu’à l’enfant en usant d’un sortilège bien faible pour ne donner l’impression qu’il ne s’agissait qu’un d’un coup de vent. La lettre s’arrêta juste sous le nez de l’enfant, qui pourrait apercevoir la signature de sa belle-sœur et la reconnaître. C’est à ce moment qu’elle entendit un mot français franchir les lèves du gamin, un mot clair qu’il semblait bien connaître, qui priait pour la pitié… Khanrell ne savait plus quoi lui dire, puisqu’il lui semblait que peu importe les mots qu’elles prononceraient, il n’y comprendrait rien et continuerait de la craindre.

Elle se pencha donc pour observer en dessous du lit, puisqu’elle était toujours à plusieurs pas de lui, il n’était pas possible qu’elle puisse le toucher. Elle lui offrit sous sourire le plus sincère, et attendit qu’il revienne vers elle.

-Je ne veux pas te faire de mal… chuchota-t-elle pour l’encourager.

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Szidas
Élève
avatar

Date d'inscription : 13/05/2014
Messages : 15
# de RP : 0

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Mer 25 Juin 2014, 21:37


Deuxième partie de mon post

Elle déposa quelque chose sur le sol. Était-ce une lettre pleine d’anthrax ? Un poison quelconque ? En même temps, elle lui parla. Sa voix était douce et gentille. Szidas ne pouvait cependant pas se permettre d’être rassuré. Si c’était faux… Ça lui coûterait cher. Très cher. La dame fit un mouvement. Szidas mit les mains sur sa tête. Mais il ne se passa rien. Un petit courant d’air fit voler la liste jusqu’à lui. Était-ce ça de la magie ? Pas super en tout cas. C’était pas avec ça qu’elle le tuerait… Elle, l’assassin. À moins que c’était pour répondre le poison ?! Szidas retint son souffle. Mais pas longtemps. La lettre. C’était la signature d’Amandine en bas. Et il reconnut son nom. Lorsque la femme le prononça. Amandine avait écrit à cette dame. Elle lui avait dit qu’elle le ferait. À Khanrell. Pour l’avertir de son arrivée. Mais elle n’était pas certaine que la lettre se rendrait alors Szidas en avait une copie. Était-ce la femme qu’il devait venir voir ? Celle qui devait le protéger. Ou alors peut-être que c’était vraiment un assassin qui avait tué Fioreis Hidjna pour lui voler la lettre... Szidas n’avait pas le choix. Il devait lui faire confiance. Il n’avait que douze ans. Il avait besoin d’aide… Fioreis Hidjna devait le protéger. Et si les assassins de son frère l’avait trouver avant elle… Il n’y avait pas grand chose à faire. Il rampa hors du lit et jeta un grand regard incertain à la femme aux cheveux violets. Elle était elle-aussi penchée. Elle lui parla tout doucement. Il n’avait aucune idée de ce qu’elle disait, mais ça sonnait gentil, rassurant… Il sorti de sous le lit et la scruta avec attention. Szidas décider de tenter le tout pour le tout. Quelle autre option avait-il ? Vivre sa vie dans la peur que quelqu’un le trahisse et s’avère ne plus être celui qu’il pensait ? Il en avait assez de ça… Ça faisait des mois qu’il vivait ainsi et il était épuisé. Alors il décida de lui faire confiance. D’un geste craintif, il posa sa main sur celle de Khanrell. Puis il s’élança. Il se jeta dans ses bras et pleura. Il pleura sa crainte, il pleura son désespoir, il pleura son inquiétude, sa fatigue, sa tristesse. Ça dura un certain temps. Comme une fontaine trop longtemps arrêter. Il laissa couler sa peine le temps qu’il fallait. Khanrell fut sans doute compréhensive. En tout cas, il ne perçu pas de signe d’impatience. Il se dit qu’elle le laissa faire, attendait qu’il se calme. Lorsqu’il commença à hoqueter, Szidas se dit qu’il devait bien avoir fini. Il se détacha de Khanrell et reprit son souffle. Il était un peu honteux de lui dans un sens. Révéler ainsi sa vulnérabilité devant un parfait inconnu… Mais Amandine ne lui avait-elle pas dit que Khanrell s’occuperait de lui ?

Khanrell enchaîna en se présentant. Comme s’ils se voyaient pour vrai. C’était vrai dans un sens. Elle prononça son nom de manière totalement différente de celle qu’avait déduit Szidas de l’orthographe.

Ca… Can… Canail. Caraille… Ca…. essaya-t-il.

Il se tut (miracle !) pour l’écouter mieux. Elle prononça son nom à nouveau.

Karelle ! Oui ! Karelle ! il renifla, vestige de sa crise de larmes. Moi Szidas. Szidas ania-Ri Ellis. Non. ‘uste Ellis. Oui. Szidas Ellis. Ici pas ania-Ri, non ? Pas euh… R… Raine et Roa. Non ? Moi… Pince. Kornelius Roa. Moi, Szidas. Pas, non. Pince. Mais Amandine dit. Ici pas, non. ‘uste Ellis.

Un peu plus et il lui aurait sortie toute son historique familiale. Parce que c’était certain qu’il était nécessaire de lui expliquer toute l’importance et la fabuleuse saga de son pedigree élaborée. Mais il ne savait pas trop comment trouver les mots… De toute façon Khanrell enchaînait déjà sur autre chose. Elle lui parlait doucement, répêtait son nom, se voulait rassurante. Il n’avait aucune espèce d’idée de ce qu’elle disait.

Non ! Attends ! Karelle Hidjna attend ! lui dit-il subitement en posant sa main sur ses lèvres pour la faire taire.

Il s’élança sur sa valise, cette fois non pas pour s’y cacher, mais pour l’ouvrir et en étaler le contenus sur le sol et le lit. Il retrouva l’entrain que lui conférait son jeune âge, faisant des va-et-viens entre ses bagages et sa protectrice. Il lui remit, tel un trésor, une copie de la lettre de Amandine que cette dernière lui avait confié au cas où la première se serait perdu. C’était exactement la copie conforme que celle que Khanrell avait déjà et venait de lui montrer mais Szidas lui attachait beaucoup d’importance. Savoir que cette lettre, écrite dans une langue si étrange, était là l’avait réconforter pendant tout son voyage, comme une bouée de sauvetage. Il lui donna ensuite, non sans fierté, un parchemin avec un sort. Amandine lui avait tout expliquer.

Magie ! Oui oui. Magie !

Il prit les mains de Khanrell pour les refermer sur le parchemin, attirant son attention sur celui-ci, voulant lui faire comprendre son importance.

Amandine le dit. Magie ! Karelle Hidjna magie ! Karelle Hidjna le fait. Magie ! Oui !

C’était un sort. Amandine le lui avait remis. Pour Khanrell. C’était un sortilège qui lui permettrait de comprendre ce que les autres lui disaient. L’enseignante devait le faire sur lui. Ensuite, ce serait plus facile. Il ne pourrait pas plus parler le français, mais au moins son environnement ferait un peu plus de sens pour lui.

Khanrell lui tendit la main. Il hésita avant de la prendre. C’était idiot. Plus tôt, il s’était jeté sur elle… Mais ses vieilles habites revenaient. Quoi que pas entièrement. Il se rappela qu’il avait choisi de lui faire confiance et prit la main qu’elle lui offrait. Elle lui parlait doucement, gentiment. Elle lui parla de l’école, de ses amis, de la fête. Elle lui proposa de rester ici à placer ses choses (Szidas jeta un regard à sa valise en bagaille dont le contenu était étalé un peu partout… Meh…. situation tout à faire normal lorsqu,on est un garçon de douze ans !), de sortir dehors ou d’aller en bas. Szidas ne savait plus lequel il voulait. Il réalisa qu’il était fatigué. Énormément fatigué. Comme si la tension des derniers jours retombait tout d’un coup. Il avait juste envie de suivre ce que sa protectrice lui disait et aller là où elle le conduirait. Il était trop fatigué, trop perdu, pour prendre des décisions.

Non. Je… pas savoir.

Il bailla. Khanrell lui parla bizarre. On aurait dit… Une autre langue. Szidas était encore plus perdu. Au moins Amandine lui avait montrer un peu de français. Son air du en dire long pour lui. Il était trop fatigué pour se concentrer et essayer de comprendre.

Allez maison Karelle Hidjna ? demanda-t-il soudainement.

À vrai dire, il ne se sentait pas vraiment en sécurité ici. Maintenant qu’il avait trouvé Khanrell, il ne voulait pas qu’elle le laisse seul.

Après aller avec amis. Ok ? Oh…

Il se souvient de quelque chose en même temps qu’il faisait sa proposition. Il retourna vers sa valise, tout de même rapidement, mais moins que plus tôt et entrepris d’y trouver quelque chose. Ce qui voulait dire étendre son contenu partout jusqu’à ce qu’il trouve le quelque chose en question. C’était un paquet. Il était envelopper de papier jaune avec une jolie boucle argenté. Szidas le trouvait très joli (même si à son âge, les rubans, c’était juste pour les bébés et les filles et il ne l’aurait jamais avoué). Il le déposa avec cérémonie sur les genoux de Khanrell.

Amandine ! lui annonça-t-il en pointant le paquet. Oui oui. Amandine le dit. Pour Karell Hidjna. Amandine le dit.

Il s’assit en indien à côté d’elle, attendant avec impatience qu’elle l’ouvre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Jeu 26 Juin 2014, 19:01

Prostrée sur le sol, en attendant la réaction de l’enfant à qui on lui avait donné la mission de le protéger, Khanrell attendait en souriant, de toute sa délicatesse, avec le regard sincère de la femme qui ne veut que le bien d’autrui. Sa longue chevelure traînait par terre, encadrant son visage de vagues violettes, lui chatouillant le bout du nez. Après quelques instants d’attente, au cours desquelles elle observa le pauvre petit nounours figurer s’il pouvait lui faire confiance, il sortit très lentement du lit, tout tremblant, il posa sa main sur celle de Khanrell, et se jeta ensuite dans ses bras en sanglotant. Sa protectrice le laissa pleurer tout son saoul, sachant que pour les blessures de l’âme, il n’y a comme remède que de laisser l’autre ventiler. Elle le serra donc dans ses bras, supportant les larmes qui trempaient son chandail, et lui frottait le dos en lui chuchotant que ça allait bien aller, sachant qu’il ne l’écoutait certainement pas, de toute façon.

Elle aurait aussi bien pu lui chuchoter que les canards en caoutchouc rose des salles de bains allaient le manger dans son sommeil, qu’il n’aurait pas plus comprit, probablement.

Après un long moment, Szidas se mit à hoqueter, sa crise de larme bien terminée, il se détacha de Khanrell et tenta de prononcer correctement son prénom, comme elle venait de lui montrer, mais ça ne valait pas vraiment grand chose. Enfin, c’était mieux que rien, et on percevait l’effort dans sa tentative, au moins se reconnaîtrait-elle s’il l’appelait ainsi. Tout excitée, et ne paraissant soudainement plus triste, sauf considérant ses yeux rougis, l’enfant essaya alors de se présenter, et bien que l’enseignante ne comprenait pas grand choses à son charabia, elle comprit qu’il lui indiquait qu’il était prince. Bien sur, elle savait déjà tout ça, mais elle fit mine de l’écouter en hochant la tête, pour l’encourager dans sa soudaine bonne humeur. Alors qu’elle allait lui parler, il mit ses mains sur sa bouche, de façon à ce qu’elle ne parle plus, ce qui la surprit un peu, puisqu’un simple geste de sa part lui avait fait prendre peur, alors qu’il ne craignait plus, désormais, de la toucher.

Il revint en apportant une copie de la lettre d’Amandine, parfaitement identique à celle que venait de lui montrer Khanrell, et elle comprit alors qu’il voulait lui signifier qu’il avait fait le lien entre eux, et qu’il connaissait le nouveau devoir de l’enseignante de Soins aux Créatures Magiques. Il avait tout étalé le contenu de sa valise en cherchant le parchemin,  auquel était jointe une formule magique, que la sorcière s’empressa de lire, considérant les notes ajoutées par son amie pour en saisir l’utilité. Intérieurement, elle remercia du fond du cœur sa bonne Amandine du Follet, qui venait de résoudre son problème numéro un : l’incompréhension mutuel du protégé et de la protectrice.

-Oui, Amandine a raison, Szidas, je fais de la magie, et toi aussi, tu apprendras, soupira-t-elle de soulagement en tournant et retournant la formule entre ses doigts.

Pendant qu’elle la relisait pour s’assurer de ne rien rater, elle essayait de motiver l’enfant excité, qui ne semblait lus ni gêné, ni craintif envers la femme à la chevelure mure, à sortir et visiter son nouvel environnement.  Apparemment, il n’avait pas comprit lorsqu’elle lui avait adressé la parole en anglais, mais leur problème serait vite résolu. L’enfant demanda s’il pouvait visiter la maison de Khanrell, avant d’aller retrouver les« amis» de sa classe, mais…

Elle n’était pas certaine que ce soit une bonne idée, si rapidement… Maintenant qu’il avait enfin confiance en elle, il ne fallait pas… qu’il tombe sur Shenyann

-Non on… ne va pas aller à ma maison, tu as ta maison à toi, ici, au château, ça suffit, non? Je vais plutôt te faire découvrir ta maison à toi, comme ça tu te sentiras plus à l’aise et…

C’est alors qu’il se releva à nouveau prestement pour fouiner dans sa valise, répartissant encore d’avantage son contenu sur le sol du dortoir, et revint avec une petite boîte ornée d’un ruban, prétendant que cela venait d’Amandine du Follet. Quelle surprise lui réservait donc encore sa vieille copine?

-Wooow… s’exclama-t-elle en faisant semblant d’être de très bonne humeur, tout d’un coup, comme si cette boîte était la chose la plus extraordinaire qui pouvait lui arriver, C’est pour moi, Szidas? C’est gentil, de m’apporter le cadeau d’Amandine, mais juste avant de l’ouvrir, je vais te faire un cadeau… non deux cadeaux, à toi aussi… Tu n’as jamais vu de magie, hein? Alors, regarde bien, c’est très plaisant à voir!

Tout en pointant de sa baguette magique le fouillis créé par le gamin, Khanrell prononça la formule adéquate.

- Failamalle!

Aussitôt, les vêtements et objets appartenant à Szidas s’envolèrent, guidés par le filament de lumière qui s’échappait de la baguette de la sorcière, et se rangèrent soigneusement dans l’énorme valise de l’enfant, qui se referma d’elle-même.

Wingardium Leviosa…

À la suite de ce second ordre, la valise bien lourde de l’enfant s’envola, et suivant le mouvement de la baguette de Khanrell, alla se poser à côté du lit qu’il avait choisit pour se cacher l’instant plus tôt. Bien sage, sa valise attendrait qu’il ait le temps de la vider dans son armoire. En attendant, au moins, son lit était réservé.

-Tu vois, la magie est gentille! Alors, maintenant je vais faire de la magie sur toi, tu ne vas rien sentir, n’ait pas peur…

Elle se concentra sur la formule complexe que lui avait envoyée Amandine, priant (bien qu’elle ne croie en rien) pour que le sortilège fonctionne sans anicroches. Elle le marmonna, en agitant sa baguette dans la direction de l’enfant, et un long fil d’argent l’entoura, avant de passer par son oreille droite pour ressortir par la seconde.

Puis, tout s’arrêta.

-Ça va, Szidas? Je ne t’ai pas fais mal, j’espère? Dis-moi si ça a fonctionné, tu comprends ce que je te dis, maintenant? J’espère que j’ai tout bien fait, les sortilèges n’étaient pas particulièrement ma force à Beaux-Bâtons, j’espère juste que j’ai tout bien récité dit-elle en rangeant sa baguette et en relisant une dixième fois au moins le parchemin d’Amandine. Lorsqu’elle fut certaine de son succès, elle le rangea dans sa poche, de même que son exemplaire de la lettre, puisqu’elle constituait un secret, et s’intéressa à la boîte.

- Maintenant que tu as eu tes cadeaux, c’est à mon tour. Et quand on aura terminé ça, on va visiter l’école, tu es d’accord?

Défaisant le nœud de soie argenté, Khanrell défit le papier et ouvrit le couvercle de la boîte que lui envoyait sa vieille amie, avec une certaine appréhension. Était-elle sensé découvrir se présent en l’absence du gamin? Peut-être était-ce une information pour protéger Szidas, dont il ne devait pas être mit au courant. En même temps, Amandine était une femme brillante, si elle avait voulu que son amie l’ouvre en cachette, elle lui aurait donné un indice pour lui faire savoir. Avec une petite boule dans la gorge, parce que soudainement elle s’ennuyait de cette bonne compagne, Khanrell termina d’enlever le couvercle. Au fond de la banale boîte en carton, l'éleveuse de dragon découvrit un simple anneau, qui lui semblait bien innocent au premier abord, mais qui devait bien avoir une fonction cachée. Elle ne lui aurait pas envoyé un bijou par hasard. Discrètement, elle essaya de regarder à l'intérieur, et remarqua une fine gravure, qu'elle ne prit pas le temps de lire avant d'enfiler l'annel à son annulaire droit, pour ne pas que l'enfant s'interroge trop.

-Oh c'est... Comme elle est mignonne, depuis tout ce temps, je ne m'en rappelais plus. On était très proches, à l'époque, et on avait fait ce pacte, un espèce de mariage d'amitié, on s'était acheté ses anneaux... Quand on s'est quittées, je lui ai laissé le mien, pour l'obliger à revenir me voir pour me le rendre, dommage que ça n'ait pas fonctionné mentit-elle en inventant cette histoire presque sans avoir besoin de réfléchir, en espérant que ça ne paraissait pas trop qu'elle disait n'importe quoi. Alors, prêt à découvrir ton nouvel environnement?

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   Jeu 12 Fév 2015, 10:13

Est-ce que tu voulais continuer Szi, ou j'archive?

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lettre et la fuite [Pv Szidas]   

Revenir en haut Aller en bas
 
La lettre et la fuite [Pv Szidas]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» Lettre de George Sand à Musset.
» LA LETTRE DES SENATEURS AU PREMIER MINISTRE
» Lettre ouverte de la famille de François R. Marcello, enlevé le 12 janvier.
» La lettre du Président Aristide ici au forum Haïti.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École de Magie du Ruisseau - Forum JDR :: Corbeille :: Archives des RPS :: Rps de l'an 2-
Sauter vers: