École de Magie du Ruisseau - Forum JDR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un cheminement scolaire adapté

Aller en bas 
AuteurMessage
Lorenzo Legault
Policier(ère)
avatar

Âge (du perso) : 23
Sexe (du perso) : Masculin
Date d'inscription : 16/06/2014
Messages : 25
# de RP : 21

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Un cheminement scolaire adapté   Mer 17 Sep 2014, 18:52

Lentement, une seconde à la fois, à un rythme qui rendait impatient même Lorenzo, les aiguilles de l’horloge se rendirent à la minute sonnant la fin des cours du matin, à grands renforts de tic et de tac. Seul dans le vaste et somptueux bureau d’Edith Tremblay, directrice de l’école de magie du Ruisseau, le jeune policier fixait le cadran qui avançait trop doucement à son goût, en agitant son pied gauche avec nervosité. Il était assis comme ça depuis un bon vingt minutes, du côté des chaises d’invités, n’osant pas prendre place sur le fantastique fauteuil de la Directrice, même si elle l’avait invité à le faire en quittant la pièce.

Il était trop nerveux… Peut-être était-ce du à la fatigue d’avoir bien peu dormis la nuit dernière? Probable.

En tout les cas, Myrtille sortirait de son premier cour de Soins aux Créatures Magiques, donné par Khanrell, où elle aurait la chance d’être directement en contacte avec un animal magnifique qui vivait dans la Forêt interdite. Malheureusement, il pleuvait ce jour-là, ainsi, le cours s’était donné à l’intérieur, car les Phénix se cachaient par cette température, mais Lorenzo ne doutait pas que le tout devait avoir été pertinent et dynamique, car la dompteuse de créatures magiques avait apporté un spécimen en classe pour l’étudier et communiquer avec lui. Une classe participative, au final, pas un exposé de deux heures.

C’est pourquoi Lorenzo avait choisit ce cours pour montrer à son apprentie que l’école pouvait être intéressante, il avait confiance en Khanrell pour la motiver et lui montrer la beauté de ses cours…

On frappa à la porte, qui s’ouvrit après que Lorenzo ait sursauté et ait invité la personne à entrée. C’était Khanrell Fioreis, qui avait guidé la jeune Myrtille jusqu’au bureau de la Directrice, à la fin de son cours. Galant, le policier se leva séance tenante, salua la dame et l’invita à prendre congé d’eux.

- Merci pour tout, Mademoiselle Fioreis. Vous pouvez nous laisser, vous avez certes mieux à faire. Viens ici Myrtille, l’incita-t-il en se rassoyant lui-même, car ses jambes tremblaient un peu de nervosité, une saine nervosité car il avait obtenu ce qu’il voulait.[/b]alors? Qu’est-ce que tu en as pensé? Qu’avez-vous fait?[/b]

Il avait beaucoup à lui dire, mais pas avant de savoir comment elle se sentait. Ses bonnes nouvelles pouvaient bien attendre quelques instants encore…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrtille Desrochers
Apprenti(e) policier(ère)
avatar

Date d'inscription : 16/06/2014
Messages : 36
# de RP : 26

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: Un cheminement scolaire adapté   Jeu 18 Sep 2014, 21:56

Lorsque Myrtille s’était enfin arrêter, une seule chose occupait son esprit; les commentaires de son maître. Sa plus grande terreur était que Lorenzo lui apprenne qu’elle n’était pas faite pour ce travail. Elle verrait alors tout son monde s’effondrer et perdrait la seule chose qui lui restait dans la vie. Alors quel ne fut pas son soulagement l’Italien lui avouer qu’il la croyait douée pour ce métier. Peu lui importait combien de temps cela prendrait, on verrait ça en temps et lieu ! Et même l’allusion à son imminente entrée à l’école ne réussit pas à ternir la joie de la jeune femme. Lorenzo lui proposa d’arrêter l’entraînement pour l’instant et de reprendre le lendemain… après ce fichu cours à Du Ruisseau. Myrtille se retint tout de fois de faire un commentaire. Elle ne s’était pas aperçue qu’elle était réellement épuisée après toutes les émotions de la journée. La jeune femme se contenta donc d’acquiescer. Quand son maître lui demanda si elle habitait au village, Myrtille hésita un instant, ne sachant quoi répondre. Elle avait bien une maison ou dormir, mais de là à appeler ça habiter… La sorcière ne répondit pas et Lorenzo l’invita à dormir dans le dortoir du poste de garde. Cette idée réjouie la jeune femme qui espérait enfin réussir à se sentir a sa place quelque part ! Myrtille dormi comme une buche ce soir-là, oubliant complètement que le lendemain, elle se retrouverait confrontée à une de ses plus grandes peurs…

Après le cours de soins aux créatures magiques, la professeure avait demandé à Myrtille de la suivre dans le bureau de la directrice. Sur la défensive, la sorcière l’avait tout de même suivie sans dire un mot en se demandant ce qu’elle avait bien pu faire pour se valoir une telle convocation. Elle fut donc plus que soulagée de retrouver Lorenzo qui l’attendait. Ce dernier invita Khanrell prendre congé. Ce qui ne déplu pas à Myrtille, pas qu’elle n’apprécie pas Mademoiselle Fioreis, mais sa confiance dans les professeurs étaient encore à développer.

Myrtille se tourna vers son maître qui lui demanda des nouvelles de son cours. La jeune femme hésita un instant à répondre. En fait, ce premier cours n’avait pas été si terrible, mais elle ne doutait bien que le pire était avenir. En effet, pour le moment les élèves ne se connaissaient pas tous et les cliques n’étaient pas complètement formée. Une fois que tout le monde sera dans son groupe et que Myrtille se retrouvera à part, elle deviendra rapidement une cible facile pour les moqueries des autres… «Pas trop mal…» Répondit-elle finalement. «On a étudié les phénix, ces créatures ne sont pas ma passion mais ils ne sont pas si ennuyants non plus.» Ne sachant quoi répondre de plus, Myrtille resta un moment silencieuse. Mal à l’aise, la jeune femme se dépêcha de ramener le sujet sur quelque chose de plus naturel pour elle. «Alors, on retourne s’entraîner ? Tu vas m’apprendre plein de choses et me montrer des exercices pour que je puisse m’améliorer ?» Ce sujet chassa immédiatement les inquiétudes de Myrtille qui n’avait qu’une envie : Retrouver son épée et le terrain d’entraînement.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Legault
Policier(ère)
avatar

Âge (du perso) : 23
Sexe (du perso) : Masculin
Date d'inscription : 16/06/2014
Messages : 25
# de RP : 21

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: Un cheminement scolaire adapté   Ven 26 Sep 2014, 15:43

Comme Lorenzo avait passé la soirée à discuter avec sa supérieur et avait rejoint myrtille directement devant l’école, il n’avait toujours aucune idée où elle avait passé la nuit. La veille, elle ne lui avait pas dit qu’elle avait une famille chez qui dormir ou un lieu sécuritaire, mais ne l’avait pas nié non plus, il n’en savait donc toujours pas plus.

Il y avait toutefois une chose qu’il avait apprise et qui lui avait fait voir son apprentie sous un œil différent. L’expression lorsqu’il l’avait déposée devant sa classe au matin et celle qu’elle arborait, en cet instant précis, devant lui alors qu’elle lui expliquait simplement, sans s’exciter, ce qu’elle avait vu dans son cours, lui en disait long.

Myrtille ne déteste pas l’école. Enfin, pas dans le sens de la haine pur et vilaine. Elel appréhende l’école, probablement même qu’elle se sent intimidée ou effrayée, ou encore elle en porte un lointain et douloureux souvenir. La colère contre l’école n’est fort probablement qu’une image qu’elle veut projeter pour cacher sa peur.

Car Lorenzo ne doute plus que c’est la peur qui lui a fait lâcher l’école

Comment savait il ça? Non, ce n’était pas écrit en grosses lettres dans le front de l’adolescente, non, ce n’était pas lisible dans ses yeux, non, ce n’était pas audibles dans ses mots. Tout était une question d’attitude, de manière et… oui un peu… d’intuition. Il n’est pas Empathe, mais il a une bonne intuition, et c’est donc d’un nouveau point de vue qu’il abordera la dilemme de l’école avec la future policière.

Lorenzo fit exprès de ne pas relancer la discussion après que Myrtille eut, très brièvement et banalement, comme si ça ne l’intéressait pas, résumé son cours. Il attendait de voir si elle s’épancherait davantage sur l’école ou si elle fuirait le sujet. Évidemment, elle choisit la fuite, ce qui confondait le policier dans son idée que son apprentie avait en réalité des craintes face à sa fréquentation scolaire. Il choisit tout de même de ne pas en parler tout de suite et de plutôt répondre à la question de l’adolescente. De façon très très vague…

- Patience, je t’expliquerai tout ça bientôt… souria-t-il en faisant allusions à son entraînement à venir. D’abord, je veux te dire que j’apprécie l’effort que tu as fait aujourd’hui d’aller en classe pour moi, même si ça… ne te plait pas. bel euphémisme Ensuite, il est temps que je te dévoilent les termes de notre… hum… comment dire… Contrat, si tu me permets l’emploi de ce mot un peu vide d’émotions et de considérations humaines, car je n’en trouve pas de plus approprié. La réalité est tout autre, je tiens vraiment à bâtir avec toi une relation amicale basée sur la confiance et l’honnêteté, et cela inclus de respecter les règles que je te dicte à l’instant.

Parce que côté manque de confiance et malhonnêteté, Lorenzo Legault avait déjà eut son lot de déception dans le passé, et ne souhaitait surtout pas être floué à nouveau. Il avait de l’espoir, vraiment, d’arriver à quelque chose avec cette adolescente rebelle, mais craignait plus que tout d’être brisé…

Ben oui, lui aussi il a peur.

Suite à ma discussion avec Alphonsine et Mme. Tremblay, il a été décidé que j’allais t’entraîner, finalement…

Il laissa passer quelques secondes, un sourire sincère au visage, pour savourer la joie qu’il s’attendait que Myrtille manifeste.

-Mais…

Parce qu’il y a toujours un mais.

-Je ne suis pas capable, et j’entends par là que je ne possède pas les compétences requises, de t’enseigner tout. Tu dois connaître les principes des sortilèges de base, de l’interaction avec les créatures magiques que tu auras a côtoyé dans ton rôle de policier ainsi que les plantes qui sont tout autant dangereuses pour le policier non-avertis. Ensuite, il faut aussi que tu sache te défendre en combat magique. Si tu as tout bien suivis, ça fait quatre choses.

Il glissa alors vers l’adolescente une feuille officielle marquée du sceau de l’école, constituant un horaire hebdomadaire où figuraient trois blocs.

-Mais ici, tu ne suivras que trois cours. Normalement, tu serais obligée de suivre Sortilèges et Enchantements en plus de SIX il mit bien l'accent sur le chiffre 6[/b] autres cours, mais j’ai réussis à convaincre Madame Tremblay que le contenu du cours officiel donné ici était beaucoup trop élaboré pour une sorcière souhaitant devenir policière, et que tu n’en avais pas besoin. JE… Moi… vais donc élaborer un autre plan de cours adapté, que notre adorable Directrice signera et approuvera comme un plan officiel, ce qui te donnera tes crédits pour ce cours, que je t’enseignerai quand bon me semblera. N’est-ce pas qu’elle est gentille et généreuse? [/b]

Il demanda cela plutôt sous le ton de l’affirmation que de la réelle question, ne s’attendant pas à ce qu’elle réplique d’aucune façon. N’étant pas le meilleur des professeurs, et surtout pas le meilleur des sorciers, Lorenzo était très angoissé à l’idée d’être responsable de cette facette de l’enseignement de Myrtille, il espérait seulement que ça ne paraissait pas trop, car il n’était pas aussi doué que son Bloc-de-glace-préféré pour cacher ses émotions.

-Alors voilà l’idée. Tu as trois cours, tous une journée différente, donc trois jours d’école. Trois cours, quelques petites heures de ta semaine, où des experts pourront t’apprendre ce que je ne saurais faire… Je te propose que, la journée où tu as un cours, tu auras le droit de choisir ce qu’on fait du reste de la journée. Si tu veux végéter sous le soleil, grand bien te fasse, si tu veux courir ou t’entraîner, on fera ce que tu veux, comme tu le veux, ce seront tes journées. Les quatre autres, tu t’engages à ne pas rouspéter aux décisions que je prendrai à savoir ce qu’on y fait. Est-ce quelque chose qui t’intéresse, ma chère Myrtille?

Pour l'instant, il ne tenait pas à s'étendre particulièrement sur la signification de cet horaire abrégé, qui était plutôt complexe, puisque Myrtille en avait déjà assez à assimiler et à comprendre. Surtout à accepter. Elle finirait bien par apprendre, si elle le lui demandait, qu'elle ne serait jamais diplômée de Du Ruisseau, car il fallait absolument suivre 7 cours pour ce faire. La Directrice avait accepté que, à la fin de ses études, elle lui signerait une attestation confirmant qu'elle avait bel et bien suivit et réussit ses cours de Botanique, de Soins aux Créatures Magiques, de Défense contre les forces du mal et de Sortilèges et Enchantement... Mais cela ne constituait pas un diplôme et, en dehors de Sainte-Charlotte-de-Forest, pourrait ne pas suffire. Il en irait de la sévérité de l'état où la gamine choisirait de partir si elle ne restait pas au Saguenay... Lorenzo ne savait pas, et ne saurait jamais, quels pays s'en satisferait, il faudrait que Myrtille vérifie par elle-même, et si elle était refusée quelque part, elle devrait retourner à l'école pour obtenir les crédits de trois autres cours. Mais qui sait? Avec sa tête de cochon et sa facilité à argumenter, elle pourrait convaincre un esquimau d'acheter un réfrigérateur...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrtille Desrochers
Apprenti(e) policier(ère)
avatar

Date d'inscription : 16/06/2014
Messages : 36
# de RP : 26

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: Un cheminement scolaire adapté   Mar 14 Oct 2014, 22:08

Myrtille acquiesça simplement de la tête quand Lorenzo souligna qu’il était content de ses efforts. Elle ne voulait pas s’étendre sur ce sujet et avait hâte d’entendre la suite. L’Italien ne tarda pas à en venir aux faits en expliquant les arrangements auxquels il en était venu. Lorsque son maître annonça qu’il allait l’entraîner, un franc sourire étira les lèvres de l’adolescente, mais elle se garda d’exprimer plus fortement sa joie, attendant de voir les conditions qui ne tardèrent pas à arriver. Et quand Lorenzo annonça qu’elle aurait 4 cours à suivre, son sourire se teinta d’amertume, et oui, ça l’air que même elle ne pouvait tout avoir dans la vie. Mais quand même, quatre cours, ce serait une vraie torture ! C’est pour cette raison que Myrtille fut soulagée quand Lorenzo lui annonça finalement qu’elle n’aurait que 3 cours à suivre au lieu des 7 réglementaires. A bien y penser, ça aurait pu être pire… Trop préoccupée à imaginer ses prochaines semaines, l’apprentie ne remarqua même pas le malaise de son maître lorsqu’il lui annonça qu’il lui enseignerait lui-même le cours de sortilèges. Finalement le moment tant attendu, Lorenzo exposa les conditions à tout ce fabuleux arrangement auquel il avait travaillé tellement fort pour sa petite apprentie. Myrtille cilla aux mots ‘ne pas rouspété aux décisions’ mais hocha la tête solennellement ne signe d’affirmation, étant bien consciente que c’était le plus que Lorenzo pouvait lui offrir et que c’était beaucoup comparé a l’offre initial.

Myrtille resta un moment silencieuse, laissant vagabonder son esprit vers son futur entraînement, mais quand ses pensées revenirent vers les cours qu’elle devrait aussi suivre, elle préféra ne pas penser à ça pour le moment. Ce serait bien assez pénible le moment venu. Comme Lorenzo n’avait pas encore ouvert la bouche depuis la fin de sa déclaration, Myrtille de tourna vers lui pour le sortir de ses pensées. «Alors, si j’ai bien compris, puisque je suis allée à ce fichu cours ce matin» la jeune fille prononça le mot ‘fichu’ avec une once de taquinerie et un petit sourire lui échappa, «aujourd’hui c’est moi qui décide ce qu’on fait du reste de la journée ?» Myrtille attendit l’assentiment de son maître. Un large et sincère sourire illumina ses traits pour une des rares fois dans sa vie. Elle oublia momentanément toutes les craintes liées à ses cours et toutes les blessures du passé pour se concentrer sur le moment présent. Elle était officiellement apprentie policière et elle allait apprendre à se battre et a de défendre avec sa magie et avec les armes traditionnelles. C’était aujourd’hui un grand rêve qui se réalisait pour une jeune fille au passé trouble. «Je veux continuer l’entraînement à l’épée ! Je veux devenir aussi bonne que toi ! » A ce moment, l’adolescente de 16 ans avait l’air d’une jeune fille à qui on aurait offert des bonbons. Pendant un instant, Lorenzo pu apercevoir la pureté cachée très loin au fond de sa jeune apprentie. Peut-être un jour réussira-t-il à atteindre cette petite flamme qui brille au fond de son être ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lorenzo Legault
Policier(ère)
avatar

Âge (du perso) : 23
Sexe (du perso) : Masculin
Date d'inscription : 16/06/2014
Messages : 25
# de RP : 21

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: Un cheminement scolaire adapté   Mar 21 Oct 2014, 20:44

Remarque bien, dans la vie, que les petits bonheurs surmonteront toujours les grands malheurs. Tu ne me crois pas? Il faut pourtant de vraies catastrophes, d’immenses peines, d’intenses déceptions, pour s’entendre dire «J’aurais mieux fait de rester couché ce matin». Mais pour avoir la bonne humeur, pour garder un petit sourire satisfait sur le coin des lèvres jusqu’à l’heure du souper, ça ne demande qu’une mince réussite, un beau petit succès bien à soi, et la journée, la semaine, le mois, est fait pour être illuminé.

En tout cas, dans l’esprit optimiste du jeune italien immigrant, c’est comme ça la vie. Avant de le mettre à terre, il faut bien des misères, et la moindre particule de joie l’entraîne pour le mois.

Pour Lorenzo, ça faisait déjà plusieurs petits plaisirs depuis le début de la journée. Ses rencontres avec sa supérieur et la directrice de l’école s’étaient plutôt bien déroulées. Et il avait fait sourire la gamine qui lui semblait si morne et boudeuse la veille. Et deux fois plutôt qu’une. La première, lorsqu’il lui confirma qu’il allait l’entraîner, malgré les conditions qui semblaient lui déplaire, sa joie était visible sur son beau visage. La deuxième, lorsqu’elle comprit qu’elle aurait le dernier mot sur l’horaire de la journée.

Décidément, quand un truc est créé pour lui plaire, elle apprend très vite à l’exploiter, cette gamine impossible! De tout ce qu’il venait de lui apprendre, ce qui semblait l’émerveiller et lui plaire, c’était d’avoir le contrôle sur les prochaines heures. En même temps, il s’y attendait un peu, et il devait avouer qu’il était satisfait. Même s’il n’avait pas eu droit à un merci, ni à des hourras de victoire, la simple phrase de Myrtille venait valider qu’elle acceptait, apparemment avec un plaisir non feint, son marché. Qui plus est, la joie irradiant de son sourire, aux lèvres magnifiquement retroussées, vaut toutes les louanges du monde, toutes les tapes dans le dos, tous les bravos.

-Bien sûr, Sherlock, que c’est toi qui décide aujourd’hui.

Il ne put s’empêcher de pouffer de rire, un rire amusé par le soudain intérêt de Myrtille envers son discours. Évidemment, elle choisit de passer le reste de la période d’ensoleillement à poursuivre le rapide entraînement à l’arme blanche de la veille. Lorenzo n’avait alors qu’effleuré une partie de l’apprentissage qu’il lui réservait, puisqu’il lui fallait, de son côté, se préparer en fonction des forces et des faiblesses de son apprentie. Avec tout ce qu’il avait eu à faire dans la journée, il n’avait pas franchement eu le temps de préparer un plan de leçon, même s’il en avait un, très vague, qui germait dans sa tête depuis la veille. Il préféra ne pas lui mentionné qu’il n’était pas prêt pour cela et improviser. Dans le pire des cas, il aurait l’air de ne pas savoir ce qu’il faisait.

-C’est d’accord, t’es la chef aujourd’hui, Myrtille, mais si tu n’y voit pas d’inconvénients, on va rentrer à la base, question d’épargner le bureau de cette généreuse Madame Tremblay qui se verrait fort désappointée qu’on détruise ses affaires à coups d’épée maladroite.

Un petit clin d’œil, pour appuyer sa boutade, et il se lève en laissant la gamine ramasser son horaire. Il la guide jusqu’à la sortie de l’établissement, sachant qu’elle ne saurait certainement pas s’orienter aussi facilement dès le premier jour. Soudain, il eut une idée qui pouvait le sauver d’un long entraînement peu préparé, même s’il ne pourrait pas complètement l’éviter.

-Qu’est-ce que tu dirais de courir jusqu’au poste, en alternant avec la marche. Je t’ai dit hier qu’il faudrait améliorer ton cardio… ou alors je ne te l’ai pas dit mais je l’ai pensé… Je ne sais plus… En tous les cas, c’est toi qui décide, mais on ferait d’une pierre deux coups : arriver plus rapidement et te faire bénéficier d’un entraînement cardiovasculaire.

D’une pierre trois coups : peut-être arriverait-elle trop épuisée pour commencer tout de suite, lui donnant le temps d’échafauder un petit quelque chose de bien spécial…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myrtille Desrochers
Apprenti(e) policier(ère)
avatar

Date d'inscription : 16/06/2014
Messages : 36
# de RP : 26

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: Un cheminement scolaire adapté   Ven 07 Nov 2014, 11:02

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un cheminement scolaire adapté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un cheminement scolaire adapté
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Programme national de cantine scolaire...
» Bal de fin d'année scolaire 2008/2009. [LIBRE À TOUS]
» Voyage scolaire...
» Excursion scolaire | Rang C | Solo
» Comparaison du système scolaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École de Magie du Ruisseau - Forum JDR :: Corbeille :: Archives des RPS :: RPs de l'an 1-
Sauter vers: