École de Magie du Ruisseau - Forum JDR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Iris Campbell - Être la perfection ou rien.

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Iris Campbell - Être la perfection ou rien.    Mar 05 Aoû 2014, 22:58



Iris Campbell

 


Informations
Nom :: Iris Campbell
Âge :: 17 ans
Fonction ::  Élève cinquième année
Liste de cours/Forces et faiblesses::
Cours Inscrits:
[*]Potions
[*]Sortilèges et Enchantements
[*]Métamorphose
[*]Histoire de la magie
[*]Défense contre les forces du mal
[*]Botanique
[*]Manipulation des cinq éléments

Forces: Je suis douée dans pratiquement toutes les matières. Je n'ai pas le choix. Je dois travailler comme jamais pour être à la hauteur des attentes de mes parents. Tout ce qui est juste théorie est ma force surement. J'apprends vite et je mémorise très bien les informations.

Faiblesses: Je n'ai pas le droit d'en avoir. C'est interdit même si ça n'a jamais été dit. Pourtant, j'en ai une. La pratique. Je suis très douée en théorie, mais en pratique c'est juste passable. Je dois travailler encore et encore. Je fais du mieux que je peux.


Derrière l'écran
Âge ::  21 ans
Découverte du forum ::  J'y suis déjà.
Autres personnages ::  Hanaë Kelly Collins.


Physique

J’ai l’impression d’être un fantôme tellement que je suis blanche. Enfant, on trouvait cela tellement mignon. La petite blanche. Mes parents voulaient même un moment donné changer mon nom pour justement l’adapter à mon image. Il fallait être assez idiot pour faire cela. Mes cheveux blonds presque blancs n’aident pas du tout à mon image. Je semble presque malade. Par contre, mes yeux ressortent beaucoup et c’est surement la chose que j’aime le plus sur moi. Ils sont verts émeraude. J’adore mettre une petite ligne de crayon noir sous les yeux. Ça devient magnifique. Enfin, je trouve que ça devient magnifique. Je n’ai jamais demandé l’avis des gens.

Mes traits sont fins et me donne un air angélique. Ça tombe bien, c’est ce que je suis la plus part du temps. Je ne fais pas partie des filles qui sont petites. Je ne suis pas non plus dans les plus grandes. Juste, la normal quoi! Avec ma peau blanche et mes cheveux blonds, il est rare de me voir porter du foncé. Le contraste est simplement trop grand et ça donne de quoi de vraiment pas beau. Alors les couleurs pâles sont à l’honneur. Au poignet droit, je porte toujours un bracelet de couleur Or. Mon nom est gravé dessus. Ce sont mes parents qui me l’ont donné la journée que je suis née. Avec le temps, on la fait agrandir, mais je le porte tout le temps.

Caractère

J’ai l’impression d’être deux personnes. Ne vous inquiétez pas, je ne suis pas une de ces folles à doubles personnalités. (Dit la fille qui a un perso avec un trouble de personnalité…) C’est juste que, je suis une personne à l’intérieur et une autre à l’extérieur. L’extérieur démontre ce que mes parents veulent que je sois. Une enfant modèle. Qui ne fait jamais rien qui pourrait leur faire honte. Autant dire que ma vie vaut de la merde. Je n’ai jamais rien de bien palpitant. Qu’étudier et suivre les cours d’étiquette que ma mère voulait tant que je suivre. Je déteste ma vie. J’envie les autres. Chaque fois que mon regard se porte sur une autre personne, je me dis qu’elle doit pouvoir faire ce qu’elle voulait. Alors que moi, non.

Vous voyez ce que je vis. Je dois montrer une gentille fille toute douce. Qui doit sourire à tout le monde même si ça ne lui tente pas du tout. Je dois répondre avec des belles phrases toutes faites pour pouvoir avoir droit à un hochement de tête approbateur de ma mère et un sourire trop fier de mon père. Je ne dois pas pleurer. Enfin, pas pour les bonnes raisons. Par contre, jouer la comédie pour avoir la sympathie des gens… J’ai malheureusement appris à le faire. Ma mère est très bonne là-dedans. Combien de fois parle-t-elle de son accouchement difficile. Oh combien ça le détruit sa vie. Mais qu’elle est si forte qu’elle s’en toujours vivante. Je suis désolée de ne point avoir d’empathie envers elle, mais je sais qu’elle pourrait parfaitement aller travailler aujourd’hui…

De l’autre côté. Tout à l’intérieur de moi. Je voudrais être la fille qui va aux fêtes organisées. Je voudrais être celle qui répond à ces parents et leur dit non quand ça ne lui tente pas. Je voudrais faire des conneries avec des amis dans le dos de mes parents. Sauf que je n’arrive pas à faire cela. Je voudrais tant, mais mon éducation me l’empêche. Je me sens mal quand j’enfreins une règle. J’envie les autres. Au point de déteste toutes personnes qui a un côté moindrement rebelle. Peut-être qu’un jour j’aurai le courage de faire un pas en avant. Est-ce qu’on allait m’aider à y arriver?!




Histoire

On allait la perdre. C’était certain. C’était ce que tout le monde pensait. Les médecins comme les sages-femmes. Son mari aussi. Il la voyait dépérir. C’était évident. Il n’avait plus rien à faire pour ma mère autre que prier très fort si vous étiez croyant. Et moi là-dedans? Je pleure comme tout nouveau-née sur la table d’à côté. Personne ne s’occupe de moi. On m’a emmailloté dans une couverture et laisser là une fois qu’on sait assurer que je n’allais pas m’étouffer avec mes sécrétions lors de mes pleures. On s’occupait de ma maman. On essayait de la réanimé maintenant. Ça semblait marcher, mais elle n’était pas très fort la sorcière. Mon père non plus ne semblait plus tenir sur ces jambes. C’était une situation des plus stressantes et énervantes jamais connu. L’histoire que tout le monde connait. D’une certaine façon, ma mère est si fière de la conter, alors qu’il n’a rien à en être fière. C’était affreux pour les deux.

***

Cinq ans. C’était ce que j’avais. Ma mère n’était jamais retournée travailler après ma naissance. Je ne savais même pas qu’elle avait déjà eu un travail. Mon père, tant qu’à lui, est souvent au travail. Mais je dois être fière selon les dires. Il a un travail très bien. Toute suite, j’ai le droit à des remarques sur mon futur. Un futur dont je n’ai aucun droit de choisir. J’allais être la petite merveille de mes parents. Leur fierté. Qu’est-ce qu’une enfant de cinq fait de bon lors de ces journées? Voici une bonne question.

Une enfant normal jouerait dehors. Se salirait et devrait changer de linge trois fois par jour. Dans mon cas, je porte toujours une robe. J’ai les cheveux bien peigné et je vais manger dans les restaurants avec ma mère. J’ai le droit à des promenades au parc, mais pas question d’aller jouer dedans. Je suis une enfant modèle. Toutes les petites filles voudraient être comme moi. C’était ce qu’elle me disait. Je la croyais. Je n’avais que cela à faire la croire. Je ne voyais que cela aussi. Je faisais sourire toutes les grandes personnes. Ma mère avait plein d’amis. Du moins, c’était ce que ça semblait être. Alors que la plus part était des connaissances et qui ne restait pas longtemps à l’entendre conter les exploits (Qui ne l’était pas) de son mari et sa parfaite petite fille.

Vous l’aurez remarqué, je suis une poupée pour mes parents. Une simple poupée. Comme si je n’aurais pas d’émotions.

***

Je rentre à beaux-bâtons. Belle école juste de filles. J’allais vite devenir une brillante élève. Car je n’avais simplement pas le choix. Mes parents me poussaient dans le dos. M’envoyais des lettres en a plus finir pour me rappeler combien c’est important que j’ai des bonnes notes et que je réussisse bien à l’école. Que c’était mon avenir que je jouais. Alors je faisais ce qu’on me demandait. Je ne connaissais rien d’autre que cela. Jusqu’à ce que je regarde les autres enfants et réalise que ce n’était pas tous qui étaient ainsi. Il avait toutes sortes de monde. D’enfants. Je deviens vite une cible pour deux filles un peu plus vieilles que moi. Pour ma part, je dirais que c’est en bien. Mes parents diraient que c’est en mal. La première année, je deviens amie avec elles. Je les suivais un peu partout et découvrait un nouveau monde. Bien entendu, je n’y allais pas tous les soirs et je n’en parlais surtout pas à mes parents.

Dans les années qui suivaient, j’allais de plus en plus avec celles-ci. Elles faisaient tous pour que je participe aux niaiseries des soirées. Heureusement pour mes parents, je refusais souvent et je connaissais les limites pour pas que mes notes descendre. Sauf… Sauf un moment donner. J’en avais marre de mes parents. Vous savez la fameuse crise d’adolescence?! Je ne pensais jamais la vivre autant que cela. Je devais avoir seize ans quand je décidai que c’était assez. Que j’allais moi aussi m’amuser autant que mes amies. Les deux filles avec qui je me tenais généralement étaient à leur dernière année d’école. C’était le moment ou jamais. Me défouler comme toute personne normale. Oublier les parents et se foutrent d’eux comme tous enfants de mon âges.

Les études avaient pris le bord. Heureusement, mes parents n’en furent pas informer toute suite. Je passai mes nuits à me promener dans l’école des filles. À boire en cachette ce qu’on arrivait à faire passer. Oubliant les devoirs. Je n’étais plus moi-même. J’avais complètement décroché de la vie parfaite que je vivais. Quand cette année-là fini, mes parents ont été mis au courant. Je passai mon été à l’intérieur dans ma chambre à reprendre mon retard. J’essayais de rivaliser avec mes parents, mais ça ne marcha pas. Je dû capituler. De toute façon, qu’est-ce que je pouvais bien faire devant des parents. Rien du tout.

***

Changement d’école. Je ne fus même pas avertie. Je le sus seulement la veille. Ils ne voulaient pas que tu retournes vers cette école qui m’avait fait perdre mon chemin si précieux selon mes parents. Alors qu’est-ce que je faisais aujourd’hui? J’étais redevenue l’enfant model. Je souriais à tout le monde même si ça ne me tentait pas. J’allais de nouveau me mettre sur les études et prouver que je n’étais pas une cause perdu comme ma mère me l’a dit, je ne sais combien de fois, durant l’été. Iris Campbell est redevenue ce qu’elle devait être.




Famille et relations



Izie (PNJ)
Mère
Ma mère ne travaille pas. Elle a déjà travaillé selon les dires des autres. Dans quoi? Je ne serais même pas capable de le dire. Ma mère est une femme faible. Pas niveau psychologique, mais physique. Disons que j’en suis la cause. Il est arrivé des gros problèmes lors de ma naissance et ma mère à décider de rester femme au foyer. Je suis sa raison de vivre selon ces dires et elle repose tous ces espoirs sur moi. Surement un peu trop…

Noham (PNJ)
Père
Noham est un homme qui essai d’avoir le plus de prestige possible. Le seul problème, c’est que ce n’est pas du tout le cas. Il travaille au ministère de la magie. Cela lui monte légèrement à la tête. Il veut à tout prix que je sois la fille la plus intelligente et que j’aille le meilleur emploie possible dans le monde de la magie…




© FICHE CRÉÉE PAR REIRA DE LIBRE GRAPH'
Modifiée par Adèle et Khanrell de l'École de Magie du Ruisseau


Dernière édition par Iris Campbell le Dim 31 Aoû 2014, 22:02, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iris Campbell - Être la perfection ou rien.    Dim 24 Aoû 2014, 20:27

Je suis revenue de vacance alors je vais pouvoir terminer ma présentation dans les jours qui viens =D <3
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Iris Campbell - Être la perfection ou rien.    Dim 31 Aoû 2014, 22:04

J'ai terminé ma présentation. Bon, l'histoire est nulle, mais passons. *out*
Revenir en haut Aller en bas
Ashanta Fioreis
Élève
avatar

Âge (du perso) : 15
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 29/04/2014
Messages : 93
# de RP : 11

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: Iris Campbell - Être la perfection ou rien.    Lun 01 Sep 2014, 00:06

rebienvenue

présentation approuvée

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Iris Campbell - Être la perfection ou rien.    

Revenir en haut Aller en bas
 
Iris Campbell - Être la perfection ou rien.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 05. Il n'y a rien de plus fort que l'amitié. L'alcool? Non, je ne crois pas vieux! {Iris}
» Rien n'égale la soupe au giraumon de ma mère.
» Il n'y a rien de nouveau sous le soleil Lavalas
» Quand Steven Bénoit ne trouve rien à dire
» Rien pour écrire à sa mère...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École de Magie du Ruisseau - Forum JDR :: Corbeille :: Archives des RPS :: Présentation-
Sauter vers: