École de Magie du Ruisseau - Forum JDR
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La maison de Khanrell 2

Aller en bas 
AuteurMessage
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: La maison de Khanrell 2   Ven 20 Juin 2014, 12:45

Khanrell habite a Sainte-Charlotte-de-Forest depuis qu'elle est gamine. Toutefois, lorsqu'elle revint de sa dernière année d'études à Beaux-Bâtons, elle acheta sa propre maison plutôt que de retourner vivre chez ses parents, avec ses deux frères et sa sœur. Sa demeure n'est qu'à quelques mètres de la maison familiale, mais au moins a-t-elle une indépendance.


Petite et coquette, sa maison possède une grande cour qui débouche sur la forêt, elle n'a donc pas de voisin arrière pour voir le dragon nain qu'elle cache depuis quelques semaines. La bâtisse ressemble davantage à un chalet qu'à une maison de ville, mais Khanrell adore son petit côté campagnard et champêtre.

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: Re: La maison de Khanrell 2   Ven 20 Juin 2014, 13:18

Adèle lui avait étrangement proposé son aide, alors qu’il avait, plus tôt, semblé bien froid à son égard et qu’il prétendait se ficher éperdument des problèmes en tous genres de son entourage. Soit il avait pitié d’elle, et cela ne plaisait ^pas du tout à Khanrell parce qu’elle n’était pas du genre à se laisser protéger par des inconnus, ou il voulait se faire pardonner pour son manque de civilités (même si c’était le violette qui avait commencé par ses mensonges) et qu’il pensait vraiment que la cause de Shenyann était juste. En tout les cas, elle accepta son offre et sortie de la Bibliothèque ainsi que de l’école, en laissant le nerd séduisant la suivre jusqu’à l’extérieur, où elle avait stationné son balais. Elle avait bien entendu laissé le bibliothécaire porter lui-même l’ouvrage monstrueux sur les maladies magiques, dont elle doutait de la réelle utilité.

Enfin, emmener Adèle voir Shenyann pouvait peut-être lui faire penser à quelque chose, comme on entre une donnée supplémentaire dans un moteur de recherche. À défaut de l’aider, au moins verra-t-il que les dragons ne sont pas si sanguinaires que la population veut nous le faire croire.

-Vous avez un engin volant, j’espère, parce qu’on ne volera pas bien bien vite à deux sur mon vieux balais, surtout que ce livre doit peser à lui seul nos poids réunis.

À l’époque où Khanrell était étudiante à Beaux-Bâtons, elle avait acheter son transport volant à l’état neuf, le modèle sport de l’année, mais il était maintenant bien désuet. Seulement, comme elle n’avait plus de temps pour jouer au Quidditch depuis sa graduation, elle ne pensait pas à le changer. Il suffisait à son usage personnel, de toute façon… et puis…

Un jour, Shenyann remplacerait le balais…

-Bon, je pars devant, me perd…dez pas de vu.

Elle avait encore biffer sur le vouvoiement ridicule qu’Adèle considérait comme essentiel, malgré qu’ils semblaient du même âge et que ni l’un ni l’autre n’était un supérieur hiérarchique. Il ne devait pas avoir beaucoup d’amis, ce pauvre intello, car cette politesse démesurée et dépassée empêche les rapprochements et la familiarité propre aux vrais amis. Agir comme un robot automatique, comme le fait Adèle, donne l’impression de ne pas avoir de sentiments et de ne pas pouvoir ressentir l’intimité d’une bonne relation amicale, dans le respect de chacun, en omettant toutefois l’attitude pompeuse qu’il adopte.

La violette s’envola en prenant la direction du quartier résidentiel de Sainte-Charlotte-de-Forest, secteur n’étant composé que de maisons, de toutes les formes et toutes les grosseurs. Elle se posa en arrivant devant la coquette petit demeure qui était la sienne, qui se détachait du lot par sa simplicité et son apparence de chalet réconfortant.

Et par le dragon qui dormait dans sa cours.

Oh, certes, de devant on ne le voyait pas, mais Khanrell avait directement atterrit en bordure de la forêt, là où s’abritait soleil Shenyann sous le couvert des arbres. Lorsqu’elle posa son balais au sol, il ne leva même pas les yeux, ne bougea pas les paupières. Il dormait profondément, comme un gros bébé.

Elle crut même l’entendre ronfler.

- Comme il est mignon,murmura l’éleveuse en s’approchant doucement pour ne pas le faire sursauter dans son sommeil. S’il avait pu dormir comme ça cette nuit, je serais de bien meilleure humeur, je n’ai pas pu fermer l’œil à cause de ses plaintes.

Elle expliqua cela plus ou moins en s’adressant à Adèle, alors qu’elle s’agenouillait auprès de son protégé, qui ouvrit très, très lentement ses yeux jaunes, qui portaient des traces de rougeurs anormales. Elle caressa son crâne où commençaient à paraître de futures cornes, qui ne se résumaient qu’à de petites bosses dures pour l’instant. Le dragonnet émit un léger grondement, que sa sauveuse savait n’être que l’équivalent d’un ronronnement de chat, mais version reptilienne. Il leva légèrement la tête, comme pour se convaincre qu’il n’était plus malade, mais l’effort le refit éternuer, d’une morve verdâtre écœurante dans laquelle se mêlait des petites flammes brulante qui faillirent brûler les pantalons d’Adèle. Prudente, Khanrell s’était placé de côté par rapport à son compagnon, si bien qu’elle ne risquait pas de se chauffer les pieds.

-Il ne devrait pas cracher le feu, à cet âge là, et je crois bien que c’est ce qui m’inquiète le plus, j’ai peur que ce développement précoce ne lui cause des ennuis en grandissant. Et cette… production de matière visqueuse et ces yeux enflés ne sont pas les seuls de ses symptômes. Il me semblait tout en douleur cette nuit et pleurait beaucoup.

Le dragon, qui n’était encore pas plus gros que Pittbull, referma ses yeux, l’air de se désintéresser de l’humain qui ne lui grattait pas les oreilles.

-Alohomora, livres de dragons. lança-t-elle en agitant sa baguette, ce qui fit venir par lévitation tous les ouvrages qu’elle possédait sur les dragons à l’extérieur de sa demeure, pour qu’elle n’ait pas a allez les chercher. Je les ai épluchés toute la nuit, et n’ai trouvé aucun remèdes ni indices sur ce qui serait ce mal qui l’atteint. Il a les symptômes de ce qu’on pourrait appeler un rhume, mais version… draconienne… Reste qu’à savoir à quel point cela l’affectera, ce dont j’ai peur.

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adèle
Bibliothécaire
avatar

Date d'inscription : 29/04/2014
Messages : 94
# de RP : 0

Caractéristiques du Compte
Compte:
Référence:
Statut:

MessageSujet: Re: La maison de Khanrell 2   Mer 06 Aoû 2014, 22:16

C’était tellement l’idée du siècle !



Adèle s’en serait mordu les doigts. Pourquoi avait-il offert à Khanrell d’aller chez elle pour voir son dragon ? C’était si… ridicule ! Ah ben non bien entendu. C’était un dragon pygmé *tousse tousse* donc biiiiiien entendu, c’était pas stupide du tout ! Adèle se demanda pourquoi il était aussi poli.. Aussi au service des autres. C’était ça qui était ridicule au fond. Non seulement il se faisait vraiment chier… mais en plus il faisait sans doute indirectement chez les autres. Parce que plus le jeune bibliothécaire côtoyait les autres, plus il devenait hypocrite et ils lui tappaient franchement sur les nerfs. Ce n’était pas très gentil en fait. Ce serait mieux s’il ne se forçait pas à aller vers eux. Ainsi, il ne ferait pas une écoeurantite aigue de tout le monde. Et ce serait plus simple. Beaucoup plus simple. Mais Adèle était ce qu’il était… Il travaillait fort pour essayer de défaire ces comportements renforcés par des années de matraquages mentals de la part de ses parents. Pour l’instant par contre, c’était peine perdu. Peut-être un jour…

Pour l’instant, il se contenta de lui tendre son mouchoir puisqu’elle était évidemment triste. Il réalisa ensuite qu’elle le trouverait sans doute ridicule, vieux jeu et stupide. Comme à peu près tout le monde…

Euh.. Il est propre. Je euh.. Il n’a pas été utilisé, lui confirma-t-il timidement, tenant toujours le carré de dessus simple et élégant.

Adèle regarda parout dans la bibliothèque, trouvant même l’idée de faire un contact visuel difficile. Elle devait le prendre pour un imbécile. Ah oui. Tellement. Khanrell continait à parler donc il préféra se dire qu’elle n’avait juste pas de réaction. C’était.. plus rassurant ainsi. Elle lui parla des dragons, de ses projets, de Shenyann, de l’importance de celui-ci. Adèle n’était pas certain de pourquoi elle lui racontait tout ceci. L’émotion sans doute. Mais bon, un détail le concernait tout de même.

Oui euh… Non non.. Tout n’est pas arrivé. C’est la rentrée vous voyez. Enfin vous le savez déjà. Adèle était extrêmement mal à l’aise sans savoir pourquoi. Vous savez, celle qui devait être la bibliothécaire initialement est partie pas longtemps avant la rentrée. Partie ouvrir des écoles magiques en Afrique ou quelque chose. J’ai eu le poste il y a deux semaines. J’essaie encore de m’y retrouver dans tout ce fouillis. Non pas… Je ne veux pas justifier… J’essaie juste de vous expliquer. Je ne peux juste pas ouvrir toutes les boîtes en même temps. Je dois suivre l’inventaire. Faire certain que tout a été reçu, qu’il ne manque rien, recommander ce qui n’est pas arrivé. Ça prend du temps…

Adèle recula, toujours sans établir contact visuel. Il saisit le bord du bureau et le serra. Si ça avait été son père. Adèle n’osait même pas imaginer. « Des excuses mon cher ! N’essayez pas de justifier votre incompétance » lui aurait-il dit. Le bibliothécaire ferma les yeux, se répêtant à lui-même que son père n’était pas là. Qu’il n’était pas présent. Qu’il faisait son possible. Qu’il travaillait fort. Qu’il ne pouvait pas tout faire en même temps. Ce n’était pas des excuses. C’était juste la réalité ! Il réussit à se ressaisir et regarda même Khanrell, mais celle-ci choisi ce moment-là pour lui jeter un regard réprobateur. Adèle aurait reculé à nouveau s’il n’était pas déjà accoté au bureau. Il lorgna son bureau, se demandant réellement s’il pourrait juste s’enfuir. Il avait envie de l’envoyer royalement chier et de s’enfermer seule en même temps loin d’elle. Qui était-elle pour venir dans sa bibliothéque, lui raconter un paquet de mensonges sans queue ni tête et ensuite le faire sentir comme un imbécile parce qu’il n’avait pas vu assez clair dans son jeu dès le départ pour lui donner exactement ce qu’elle voulait mais sans mentionner sa stupidité. En fait c’était surtout Adèle qui se sentait stupide en ce moment. Et il n’avait pas de raison de se sentir stupide. Non aucune. Il était parfaitement dans son droit. Adèle se trouvait stupide de se sentir stupide. Il prit deux grandes respirations et soutient le regard de Khanrell. Il était temps qu’il se tienne. C’était ce que Phonse lui disait toujours. Hasard ou non, la jeune professeure lui sourit à ce moment là et après avoir bafoué sur les hippopotames roses (Adèle, retombant dans ses vieilles habitudes, la trouva particulièrement sotte à ce moment là. Voyons c’était clair que c’était une plaisanterie…), s’excusa. Surpris, le bibliothécaire haussa des sourcils. Il réfléchit à son comportement des dernières minutes et réalisa qu’il devait avoir eu l’air vraiment d’un enfant quant à lui… Être sur la défense et tout. Vouloir s’enfuir. Adèle soupira, mais pas après elle, après lui-même. Il allait lui tendre la main pour lui offrir qu’il reparte à zéro tous les deux, mais elle choisit ce moment exact pour lui parler de son vouvoiement comme si c’était lui le problème. Elle lui parla ensuite de son égo démesuré. Égo démesuré ? Pardon ? Adèle se racla la gorge et réajusta sa cravate. Khanrell avait vraiment le don de l’irritait. Aucun des deux ne se comprenaient en fait. À chaque fois qu’il avait eu envie de lui faire une concession, d’être gentil, elle trouvait le moyen de faire quelque chose d’incroyablement irritant ou de déplacé ! C’était à croire, selon lui, qu’elle faisait exprès pour continuer les choses du mauvais pied. Adèle savait que c’était faux et que ce n’était sans doute pas son intention, mais c’était la désagréable impression qu’il lui donnait.

Permettez-moi ma chère de vous rappelez que vous êtes celle qui êtes venue ici et avec commencer à sortir un paquet de bêtise plutôt que d’expliquer simplement ce que vous vouliez. Je vous ai dit que nous n’avions pas d’ouvrages et vous avez insister. Je vous ai trouver quelque chose pouvant solutionner votre problème et vous venez ici m’insulter moi, insulter ma façon d’être, insulter mon travail. J’en ai strictement rien à faire que n’aimiez pas vous faire vouvoyez si c’est pour que vous me parliez ainsi en retour. Je me demande lequel de nous deux à véritablement un égo démesuré. J’essaie de vous aider et il semblerait que peu importe la solution que je trouve, elle n’est jamais à votre goût. Qui êtes-vous pour n’être jamais satisfaite ainsi ? Et vous venez ensuite me faire des reproches ?

Adèle l’aurait traité de salope, de bitch sale, d’idiote sans génie tout juste bonne à adopter des animaux pour ensuite les faire mourir dans sa cabane, mais il se retint. Rien de ça n’aurait aider. Il se dit au contraire, qu’ils venaient probablement de tuer tous les deux le peu de relations qu’ils avaient réussi à sauver. Adèle soupira et enleva ses lunettes, saisissant la naissance de son nez entre ses deux yeux.

J’ai l’impression que peu importe ce que nous nous disons, ce sera destiné à dégénérer. J’en suis vraiment désolé en fait. Ce n’est pas ce que je souhaite.

Il soupira à nouveau et remis ses lunettes.

Je ne souhaite pas me quereller avec vous. Vous avez un autre problème beaucoup plus pressant et je pense que ce dernier mérite toute notre attention plutôt que des querelles sur notre conduite respective en présence l’un de l’autre.

Et c’était que, comme un imbécile, il lui avait proposé de venir avec elle. Khanrell sembla peu crédule. Il aurait eu une belle occasion de retirer sa proposition, mais il n’avait pas envie qu’ils se mécomprennent à nouveau.

Non non non ! Je n’ai pas peur des dragons. Je veux dire, ils ne peuvent pas être pire que mon père non ?!

Adèle rit de sa plaisenterie. Il l’avait dit plus pour lui-même qu’autre chose.

Ce serait mentir de dire que je n’ai pas un peu… d’appréhention. Aprés tout, ce sont des dragons. Mais si ce que vous dites est vrai, je n’ai rien à craindre. Non ? Je pense oui qu’ils sont dangereux. Enfin qu’ils ont facilement les moyens de l’être. Mais si vous lui faites confiance…

Il réfléchit soudainement à ce qu’il venait de dire.

Si vous lui faites confiance, alors je vous suis.

Khanrell lui demanda s’il avait un balais pour venir la rejoindre chez-elle. Adèle déglutit avec difficulté. Ah oui… Ça…

Je euh… Et bien… Euh… Humm… En fait… bafoua-t-il avant de se ressaisir. Je vous rejoindrais là. Vous habitez dans le cartier résidentiel ? Juste me donner votre adresse.

Mais Khanrell était déjà partie. Adèle la contempla pendant un moment. De toute façon il n’y avait rien à faire. Elle était déjà loin. Il saisit l’immense livre sous son bras et se dirigea vers les maisons. Il habitait là. Il connaissait le chemin. Il décida de mettre la marche a bon escient et entreprit de feuilleter le livre à la recherche des problèmes qui pourraient potentiellement affecter les reptiles. De toute façon, courir l’ouvrage au complet serait long, autant commencer le plus vite possible.

Adèle prit un certain temps à se rendre. Heureusement, il avait suiti du regard la silhouette de la professeure et avait une idée de où elle avait atterit. Le cartier était bien fait de toute façon. Il était facile de s’y repérer (trop facile même, il aurait aimé que Phonse et Khiara oublient des fois où il restait…). Il arriva devant la petite maison et poussa la petite clôture qui menait à l’arrière. Normalement, il aurait attendu d’être accueillit après s’être annoncé, mais il se disait que considérant la situation, il aimait mieux ne pas cogner et risquer de déranger le dragon malade. D’un autre côté, peut-être aurait-il du s’annoncer pour éviter de se faire sauter à la gorge par une créature protectrice de son territoire… Ça métirait réflexion… Mais Adèle avait déjà pénétrer l’enceinte de la cours lorsqu’il eut cette pensée et il était déjà trop tard. Il apperçu Khanrell qui s’extasiait devant son protégé qui dormait en boule. Adèle s’y connaissait peu en dragon, il n’aurait pu dire s’il était esthétiquement plaisant ou non, mais il savait qu’il était de mise de féliciter les gens pour leurs animaux de compagnie ou leurs jeunes enfants. Il vient se placer en silence au côté de la professeur et l’écouta pendant qu’elle lui expliquait qu’il avait été beaucoup plus agité cette nuit.

Je peux imaginer. Ça n’a pas dû être évident. Je veux dire, ne pas dormir et tout. Il est difficile de dormir lorsqu’un être cher ne va pas bien. Il a l’air bien en tout cas. Je veux dire, il a l’air confortable. J’imagine que c’est une bonne chose.

Le dragon se réveilla. Pendant que Khanrell le cajolait, Adèle notait les signes chez-lui. Yeux rouges, éternuement, morve. Le reptile émit des flamettes mais il ne pensa même pas à reculer ni à avoir peur. Il était trop concentré. Khanrell lui dit qu’il était anormal qu’il crache du feu. Un autre symptôme.

Depuis quand en crache-t-il ? Si ce n’est pas depuis longtemps et que ça part bientôt, je ne m’inquiéterais pas trop. Encore faudrait-il pouvoir le guérir.

Sa voix avait changée. Ce n’était pas Adèle-qui-essaie-de-se-dépêtrer-à-aider-les-gens, c’était Adèle-qui-analyse. Il était sérieux, à son affaire, concentré. Khanrell lui dit qu’il avait également des douleurs et se plaignait. Pourtant, les animaux se plaignaient rarement s’ils avaient mal. Il devait avoir vraiment confiance en elle alors. Les douleurs étaient un autre symptôme. Khanrell lui dit ensuite, en faisant venir tous ses livres à elle, qu’elle avait passé la nuit à éplucher ses livres. Elle lui parla d’un rhume, mais Adèle était peu convaincu. Il jeta un livre à sa collection et fut tout de même impressioné.

Puis-je ? demanda-t-il en faisant signe vers le dragon.

Adèle était partagé. D’un côté, il ne connaissait rien en code-d’éthique-et-de-politesse-chez-les-dragons, de l’autre, Shenyann ne semblait vraiment pas bien aller.

Et Adèle avait une idée…

Il s’agenouilla devant la créature et tendit lentement les mains vers lui.

Bonjour jeune homme. Je ne te veux pas de mal, je te le promet, lui dit-il, préférant les parler afin que le dragon sente qu’il ne voulait que l’aider. Je vais devoir te retourner. Ça ne fera pas mal. Je vais y aller très doucement. Tout doucement, expliqua-t-il alors qu’il glissait ses mains en dessous de Shenyann. Est-ce correct Madame Fioreis si je le retourne, je voudrais voir ses écailles. Que lui donnez-vous a manger ? Allez tout doucement, Shenyann. Quel joli nom. Je veux simplement voir tes écailles. Quelles belles cornes. Tu as l’air splendide. Allez oui c’est ça. Tu es un bon garçon. Oui… là… Regardez Madame.

Il lui montra un endroit sur la peau de Shenyann où la peau du reptile n’était pas belle. Il remonta doucement vers la tête du dragon afin de pouvoir le placer pour mieux voir, évitant tous mouvement brusque. La morve de Shenyann lui coula dessus, mais il n’y fit pas attention.

Ici aussi, désigna-t-il en montrant à la professeure le menton de la créature. Est-il du pour une mue ?

Adèle retira ses mains. Il pensa lui frotter le dessus de la tête comme il avait vu Khanrell le faire mais préféra s’en abstenir. C’était peut-être un geste intime réservé pour eux-deux.

Je crois avoir une bonne et une mauvaise nouvelle. La bonne nouvelle est que je crois savoir ce qu’à votre dragon. La mauvaise est qu’il est très difficile de trouver ce qui occasionne la réaction. Votre dragon, Madame, fait des allergies… Tout bonnement. Ce n’est pas comme avec ce que nous appelons des allergies qui sont en fait des réactions d’intolérances. Les allergies sont très souvent des réactions qui se construisent et amplifient au contact d’une substance spécifique. Ce n’est pas quelque chose de spontanné face à un nouvel agent. Ça peut-être n’importe quoi chez-vous.

Il regarda la cours et la maison et soupira. Il s’assit devant Shenyann et Khanrell.

Vous allez devoir trouver ce que c’est sinon votre compagnon ira de pire en pire. Mais c’est tout simple, ne vous inquiétez pas. Juste très long… Je commencerais par la nourriture, c’est souvent la première chose. Retirez deux éléments de son environnement et observer son évolution. Donnez-vous deux semaines. S’il ne va pas mieux, retirer deux autres choses. Éliminez à chaque fois deux possibilités. Lorsqu’il ira mieux, attendez plus longtemps afin de confirmer. Ne changez pas tout à la fois. Votre but est de savoir ce qui fait réagir votre anim… dragon afin de savoir ce qui lui cause des réactions et d’éviter cette chose par la suite. Avez la nourriture, je vous conseillerais aussi sa literie. Commencez par les éléments avec lesquels votre dragon est le plus souvent en contact. C’est étrange par contre qu’il réagisse autant… Mais les dragons sont peut-être plus réactif aux allergènes que les animaux domestiques. Je veux dire, ceux que nous retrouvons habituellement dans les maisons.

Il sourit à Shenyann.

L’important c’est que votre aille mieux le plus vite possible. N’est-ce pas Shenyann ?

Il tendit la main vers le dragonnet mais hésita et la retira. Mieux valait être prudent. Adèle réalisa soudain l’heure qu’il était.

Il est quasiment l’heure de dîner. J’imagine que vous voulez rester ici avec Shenyann. Voulez-vous que je reste ? Je peux partir aussi. J’habite proche en fait. Je vais allez chez-moi pour prendre à manger. il jeta un coup d’oeil à sa manche pleine de sécretion nasale reptilienne et à ses pantalons, tout autant décoré. Et me changez aussi… S’il y a quelque chose par contre, je peux rester.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Khanrell Fioreis
Enseignante de Soins Créatures Magiques
avatar

Âge (du perso) : 21
Sexe (du perso) : Féminin
Date d'inscription : 24/04/2014
Messages : 547
# de RP : 60

Caractéristiques du Compte
Compte: Principal (MP)
Référence:
Statut: Actif / Présent

MessageSujet: Re: La maison de Khanrell 2   Jeu 21 Aoû 2014, 10:55

Étrange de constater l’espèce de double personnalité d’Adèle. D’un côté arrogant aux yeux de Khanrell, qu’il repoussait et ne voulait pas aider, et de l’autre, il était un vrai charme, un peu comme s’il s’en voulait de sa propre méchanceté, il se proposait pour aider et lui tendait même un mouchoir devant son désarroi et sa tristesse. Ce genre de changement le rend difficile à cerner, et après coup, l’Enseignante ne sait même plus si elle est supposée l’apprécier ou le haïr. Un peu confuse sur ses émotions, elle décida qu’elle l’avait peut-être jugé trop vite, comme il l’avait fait lui-même, probablement, en la prenant pour une prostituée qui se dandine pour obtenir ce qu’elle veut, doublée d’une menteuse. Certes, elle avait agit comme tel, mais elle n’était pas comme ça, pas réellement, elle avait juste un secret précieux à protéger, et était prête à toutes les folies pour le sauver.

Au moins l’enseignante comprit-elle que ce n’était pas de la faute d’Adèle si tout était en désordre dans le temple du savoir, qu’il n’était pas originalement supposé s’en occuper, puisque la première bibliothécaire était disparue avant la rentrée. Décidément, le lancement de l’école par le personnel se faisait plutôt mal, car l’incident était aussi survenu chez certains enseignants. Un peu normal pour une première année, mais quand même frustrant. Khanrell tiqua en l’entendant prononcer l’anglicisme qui la horripilait tant, «faire certain», mais elle ne se permit pas de le corriger, même si c’était ridicule pour un bibliothécaire, elle n’avait pas la tête à ça pour le moment.

Quand elle rappela à Adèle, une fois de plus, qu’elle détestait se faire vouvoyer et qu’elle le trouvait un peu trop fanfaron de le faire, il s’emporta, prétendant qu’elle était celle qui avait mal parti leur relation, bien qu’il avait été fort désagréable dès le début envers Khanrell.

-Vous êtes tellement injuste! Et fermé! Et bougon! Et, oh, tellement superficiel! M’accuser MOI d’avoir eut tord? Vous n’avez donc jamais eu de secret? Vous n’avez JAMAIS eu à protéger un innocent de l’innocence? Vous dévoiler l’existence de Shenyann est déjà beaucoup, pourquoi ne pouvez-vous donc pas comprendre ce qui est en jeu? J’AI MENTIS? ET ALORS! se fâcha-t-elle en se fichant d’être à la bibliothèque, puisqu’elle était vide. Vous le méritiez, j’aurais du me fier à ma première impression de vous, vous n’êtes pas fiable, on ne peut pas se confier à une personne comme vous, je voulais juste un coup de main, pourquoi fallait-il que vous vous mêliez de mes affaires? L’ignorance devrait faire parti de votre travail, la retenu, les raisons qui poussent les gens à faire des recherches ne vous regardent pas, aidez-les, c’est tout. Je n’ai pas à me justifier devant vous! Ni à vouvoyer ta carcasse de superberie, c’est franchement dérangeant, idiot, et dégradant! On dirait que tu te pense supérieur a tout le monde, comme si on te devait quelque chose que tu n’as pas mérité…

Heureusement, Adèle fut celui qui eut assez de bon sens pour mettre fin à leur discussion, puisqu’elle ne menait à rien, et à prétendre qu’il valait mieux se concentrer sur la vraie chose, sur la santé du dragonneau. Il tenta même de détendre l’atmosphère avec une blague, un peu de mauvais goût selon l’opinion de Khanrell, mais elle ne dit rien, se contentant d’hausser les épaules, elle ne connaissait pas son paternel, et n’y tenait pas non plus… Il était surement encore plus pénible que le jeune bibliothécaire en herbes, alors mieux valait qu’elle ne le rencontre jamais, car leurs caractères n’étaient pas destinés à fusionner et semer la bonne entente.

Le temps que l’enseignante passa sur son balais, en chemin pour chez elle, puis à l’attendre, cette mauviette qui avait préféré marcher, suffit à la calmer et à lui faire regretter de s’être mise en colère contre lui. Certes, il le méritait amplement, car c’était un imbécile, mais elle était tombée dans son jeu, et ça ne faisait pas très femme, ni très adulte. Était-ce vraiment possible que deux adultes se ressemblent si peu et se comprennent si mal qu’ils en viennent à se dire des bêtises? La dompteuse de dragons soupira en caressant son ami, lorsqu’elle entendit enfin arriver Adèle, bien qu’elle se demandait en quoi il pouvait bien l’aider à ce stade, outre avoir l’air d’une mauviette devant le petit montre à écailles.

Au début, Adèle eut l’air de vouloir faire son gentil avec la créature magique, comme pour montrer sa bonne volonté, il la complimenta vaguement, enfin, si c’était un compliment, car ça sonnait sur le même ton qu’emploient habituellement les gens pour dire «Il est beau ton chien». C’était franchement un peu bête, selon Khanrell, car pour elle les dragons ne sont pas vraiment des animaux, ils sont aussi intelligents et civilisés que les humains, bien que ces derniers l’ignore…

Il écouta quand même attentivement les propos de l’enseignante, et y alla de ses propres questions, auxquelles l’éleveuse répondit à mesure, du mieux de ses connaissances. L’Hypothèse comme quoi il put avoir développé une allergie à son environnement était plausible, même si Khanrell ne s’attendait pas à ce genre de maladie chez une espèce animale avec un système immunitaire aussi supérieur à celui des humains. Enfaite, c’était peut-être en partie la raison pour laquelle il avait été chassé du nid de sa mère? Il était une erreur, faible et fragile?

-Il a commencer à cracher le feu cette nuit, mais ça aurait du arriver dans 3 ou 4 mois, au moins, j’espère qu’il ne s’agit que d’un symptôme de sa maladie, car s’il n’arrête pas bientôt, je devrai consulter des professionnels, et pour cela, dévoiler sa présence à Sainte-Charlotte, ce qui N’est certes pas une bonne idée. Il finirait dans un élevage, plutôt qu’en compagnie de gens qui le traiteront pour ce qu’il est réellement…

Le soudain sérieux d’Adèle n’échappa pas à Khanrell, qui se dit que s’il n’avait pas été aussi mauviette, il aurait fait un bon vétérinaire, ou médecin, mais ce n’était certainement pas pour lui, il devait surement être effrayé par les licornes aussi. Il demanda à l’enseignante s’il pouvait le manipuler, mais c’était plutôt à Shenyann qu’il fallait demander… Enfin, erreur de débutant, la jeune femme ne souleva pas ce fait et l’assista plutôt, afin que le dragon soit en confiance, et parce qu’il n’était pas en état de donner son opinion de toute façon. Ensemble, ils retournèrent le dragon sur le dos et observèrent ses écailles sous le ventre, qui étaient en bien piètre état. Khanrell eut un petit sourire en entendant une des questions d’Adèle, et lui répondit sur un ton léger, pour blaguer.

- Ce n’est pas un chaton, c’est un dragon… Je ne l’ai nourris que la première semaine où je l’ai recueillis, car il était maigrichon, mais depuis, il chasse tout seul, je ne suis pas responsable de ce qu’il ingurgite, c’est un grand garçon, alors je ne crois pas que ça puisse venir de la nourriture, normalement, il sait d’instinct ce qui est bon pour lui, mais j’essayerai quand même de surveiller dans les prochains jours. Il n’est pas censé muer bientôt, car il vient de le faire, ça doit simplement être un autre symptôme de son allergie, si s’en est vraiment une, auquel cas ça me compliquerait franchement la vie, une potion m’aurait fait gagner du temps.

Elle n’aimait pas franchement l’idée d’attendre deux semaines entre chaque étape du développement de Shenyann, car pendant ce temps-là, il souffrait et elle en était peinée, alors elle croisa les doigts pour trouver rapidement la source du problème. Toutes sortes de petits détails avaient changés dans leur environnement depuis le début de l’automne, peut-être n’était-ce qu’une mauvaise herbes dans le coin, elle vérifierait. En espérant que la bibliothèque avait reçu les bons ouvrages de botanique!

-Les dragons devraient avoir un meilleur système immunitaire que nous et les animaux banals, mais c’est peut-être la raison pour laquelle mon pauvre Shenyann a été chassé du nid et que je l’ai retrouvé, il devait être un faible du lot, ce qui expliquerait tout, même si c’est anormal selon moi. J’ai peut-être une idée de ce qui pourrait déclencher tout ça, si c’est bien des allergies, je vérifierai dès ce soir, en attendant je vais le rentrer dans la maison, car c’est probablement dehors le problème. La forêt est son environnement normal, depuis qu’il est remis sur ses trois pattes, il ne rentre plus dans la maison, puisque sous peu il ne passera plus par la porte…

Adèle regarda alors l’heure, et songea qu’il devait aller diner. Il lui proposa de rester, mais l’éleveuse secoua la tête, en incitant Shenyann à se relever pour l’aider à marcher jusqu’à la maison.

-J’ai un cours, de toute façon, il faut que je file à l’école, Shen sera surement bien à l’intérieur, couché sur le canapé… Je devais le changer de toute manière… Heum…Merci… pour le coup de main, je vais voir si ça marche… bredouilla-t-elle en regardant par terre et en caressant machinalement son dragon… elle ne se sentait pas particulièrement l’envie d’être gentille avec Adèle. Et désolée pour ce que j’ai dis ou fait tout à l’heure… Je ne suis pas une femme comme ça, c’est sa santé qui me stress et me rend à fleur de peau, je ne suis pas quelqu’un de mauvais, aujourd'hui je suis la pire partie de moi-même... Bonne journée Adèle.

Et elle rentra le dragonneau jusqu’à l’intérieur, ou elle le laissa dormir dans son salon, avec de la viande crue congelée à côté de lui, puisqu’il ne pourrait pas chasser d’ici.

-Je reviens tout à l’heure, bébé, sois patient, on va trouver le problème… susurra-t-elle avant de sortir chercher son balais et donner son premier cours.

[FIN]

_________________
       
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La maison de Khanrell 2   

Revenir en haut Aller en bas
 
La maison de Khanrell 2
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Maison de Nara
» Maison de Riiko
» La maison de Evans Paul vandalisee par les siens
» Maison de retraite
» Cherchons une bonne "maison" pour un bouc nain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
École de Magie du Ruisseau - Forum JDR :: Corbeille :: Archives des RPS :: RPs de l'an 1-
Sauter vers: